La conjointe de Stéphane Bédard, Janick Tremblay

«Ces 18 années m'ont fait grandir»

La conjointe de Stéphane Bédard, Janick Tremblay... (Photo Le Progrès-Dimanche, Jeannot Lévesque)

Agrandir

La conjointe de Stéphane Bédard, Janick Tremblay

Photo Le Progrès-Dimanche, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

La conjointe du député démissionnaire de Chicoutimi savait que le moment était venu, pour lui, de quitter ses fonctions. Si le passage de Stéphane Bédard comme chef intérimaire du Parti québécois a donné un second souffle à son conjoint, Janick Tremblay sentait qu'il n'était plus heureux dans son rôle.

Janick Tremblay a vécu au rythme de la politique provinciale pendant 18 ans. Les trois enfants du couple sont nés alors que Stéphane Bédard détenait un siège à l'Assemblée nationale. La mère de famille a vécu l'aventure à fond de train. La force de son réseau, conjugué à une carrière stimulante, lui ont permis d'y trouver son compte.

«Jamais, au cours de cette période, il n'y a eu de remise en question. Ni de couple ni au sujet de la politique. Deux choses ont aidé : je suis encore en amour avec Stéphane, même après toutes ces années, et j'ai toujours eu ma propre carrière. J'ai toujours avancé. Le fait que Stéphane ait été en politique ne m'en a jamais empêchée. En fait, ces 18 années m'ont fait grandir. Ça n'a été que du bon», a-t-elle mis en relief, au cours d'une entrevue réalisée au bureau de comté du député, jeudi.

Femme de tête, Janick Tremblay, qui oeuvre à son compte dans le domaine financier, croit que l'engagement politique et la nature du travail de son conjoint ont contribué à faire de leurs trois enfants des êtres débrouillards, disciplinés et intègres. Elle est également d'avis que Sandrine, 13 ans, Eugénie, 9 ans, et Marc-Antoine, 7 ans, comprennent l'importance d'avoir des opinions et des convictions. Franche, elle convient que le rôle de son mari l'a également bien servie, tant au plan personnel que professionnel.

«J'ai été en contact avec des gens merveilleux. Des militants, des citoyens, des gens de la rue, des politiciens, des artistes. Ça a été un levier pour moi aussi», dit-elle.

Les dernières années ont été difficiles pour Stéphane Bédard. Le député sortant l'a d'ailleurs mentionné quand il a tiré sa révérence. La gifle infligée au Parti québécois à l'élection de 2012 et la décision de Pierre Karl Péladeau de lui retirer le titre de leader parlementaire du PQ ont certainement pesé dans la balance. Au plan personnel, le député sortant a perdu sa mère, Nicole, sa «muse», il y a deux ans. Il souhaitait passer plus de temps en famille.

«Je le voyais partir le mardi matin et je vous le dis, ce n'est pas moi qui faisais pitié», exprime Janick Tremblay.

Militantisme

Stéphane Bédard n'a pas d'agenda professionnel précis pour l'instant. Où Janick Tremblay voit-elle son mari dans quelques mois?

«Stéphane a des capacités incroyables. Il carbure aux défis. Peu importe où il va se trouver, il va falloir que ça brasse un peu. Il a une capacité extraordinaire de créer des contacts et de développer des liens. Je le vois entrepzreneur!», lance-t-elle.

Janick Tremblay continuera de militer pour la souveraineté du Québec aux côtés de son conjoint.

«Stéphane, ce n'est pas un politicien. C'est avant tout un souverainiste. Les 18 dernières années ont montré un homme qui était là par conviction et non pas quelqu'un qui voulait absolument être à l'Assemblée nationale», a-t-elle déclaré.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer