Saint-Fulgence: l'ex-maire blâme la municipalité

Le refuge faunique des battures de Saint-Fulgence, créé... (Archives Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie)

Agrandir

Le refuge faunique des battures de Saint-Fulgence, créé il y a 25 ans sous le règne du maire Pascal Boulianne, est laissé à l'abandon.

Archives Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

Saint-Fulgence doit assumer sa part de responsabilité en ce qui a trait à l'état lamentable des infrastructures du Refuge faunique des battures. L'ex-maire de l'endroit Pascal Boulianne, qui était à la tête de la municipalité lors de l'aménagement du site, est catégorique: l'administration municipale n'a pas rempli sa part du marché et a laissé le refuge se dégrader.

Dans la dernière livraison du Progrès-Dimanche, le citoyen Christian Gagnon déplorait le fait que ce site enchanteur prisé des amateurs de nature et d'ornithologie croule sous le poids de la décrépitude. Interpellé dans ce dossier, le maire de Saint-Fulgence, Gilbert Simard, a pointé le ministère des Forêts du doigt, l'accusant de ne pas avoir investi les sommes nécessaires à l'entretien des passerelles et des belvédères.

Pascal Boulianne a rappelé que le site a été créé il y a 25 ans, grâce à une subvention gouvernementale de 1 million$ obtenue par l'entremise de Gaston Blackburn, alors ministre du Tourisme. Saint-Fulgence avait investi 600 000$, une somme importante pour une municipalité de si petite taille.

«C'était mon bébé. C'est une des raisons pour lesquelles je me suis lancé en politique en 1987. Je voulais que les gens se sentent fiers de voir que des projets structurants se réalisaient à Saint-Fulgence», raconte l'ancien maire.

La semaine dernière, le citoyen Christian Gagnon a... (Archives Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie) - image 2.0

Agrandir

La semaine dernière, le citoyen Christian Gagnon a fait une sortie publique dans Le Progrès-Dimanche pour dénoncer l'état de décrépitude dans lequel se trouvent les sentiers des battures de Saint-Fulgence.

Archives Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie

Selon Pascal Boulianne, «c'était le Far West» sur le site des battures à l'époque. Des gens allaient chasser la bernache et saccageaient les lieux. Le projet d'investissement pour la création d'un refuge a dû faire l'objet d'un référendum. Le «oui» l'a emporté et le dossier a pu cheminer.

Le projet concernait trois lieux: la partie des battures, l'aire de nidification, située derrière, et le centre d'interprétation (CIBRO), en haut. L'organisme Canards Illimités a acquis les terrains d'un privé et les a remis à la municipalité.

Hors propos

Pascal Boulianne croit que le maire Simard a été hors propos lorsqu'il a renvoyé la balle au ministère.

«Dès le départ, la municipalité était partenaire. Si, sur un budget de plus de 1 million$, elle n'a pas 10 000$ à mettre pour le refuge, c'est à n'y rien comprendre. Ce n'est pas vrai que c'est strictement le ministère qui doit l'entretenir», ajoute le politicien à la retraite. C'est sous le règne de Pascal Boulianne qu'a vu le jour le Festival de la Bernache. Selon le citoyen, les Fulgenciens ont honte de l'état dans lequel se trouve le refuge et l'administration municipale doit à tout prix corriger le tir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer