Lobbyisme: augmentation des inscriptions de 45%

Le nombre d'inscriptions au Registre des lobbyistes du Québec dans la région a... (Photo 123RF)

Agrandir

Photo 123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le nombre d'inscriptions au Registre des lobbyistes du Québec dans la région a augmenté de quelque 45% en moins d'un an, une augmentation qui suit la tendance québécoise.

Le nombre d'inscriptions au Registre des lobbyistes du... (Infographie Le Progrès-Dimanche) - image 1.0

Agrandir

Infographie Le Progrès-Dimanche

Le nombre total d'inscriptions est passé de 269 à 508, selon les données du Commissaire au lobbyisme du Québec du 19 novembre 2014, comparativement aux données du registre colligées en date du 16 octobre 2015 par Le Progrès-Dimanche.

Plus précisément, le nombre d'inscriptions de lobbyistes-conseils a augmenté d'un peu plus de 34%. Le nombre d'inscriptions du nombre d'entreprises et d'organisations a pour sa part connu une augmentation de 49%. Un lobbyiste peut cependant inscrire plus d'une ville à son dossier, selon les représentations effectuées.

C'est sans étonnement à Saguenay et à Alma, les deux villes les plus populeuses de la région, que le nombre d'inscriptions a connu l'augmentation la plus marquée (voir tableau pour autres données).

Tendance au Québec

Daniel Labonté, conseiller en communications pour le Commissaire au lobbyisme du Québec, souligne en entrevue avec Le Progrès-Dimanche que la région suit la tendance québécoise. L'augmentation des inscriptions au registre, qui existe depuis 2002, est importante depuis 2012.

Depuis deux ans, le registre a gagné un total de quelque 1700 inscriptions chaque année dans la province, pour atteindre un total de 7107 lobbyistes actifs en 2014-2015, peut-on lire dans le Rapport d'activité 2014-2015 du Commissaire au lobbyisme, publié en septembre.

La Commission Charbonneau n'est certainement pas étrangère à cette augmentation, concède M. Labonté. Son organisation pointe toutefois trois points précis qui peuvent expliquer la hausse. La tournée des régions du Québec réalisée au courant des deux dernières années est le premier facteur identifié.

Le commissaire Me François Casgrain avait visité le Saguenay-Lac-Saint-Jean du 24 au 27 novembre 2014. Il avait rencontré différentes directions régionales de ministères, médias et élus régionaux.

Les deux autres causes identifiées sont la veille médiatique effectuée par le commissaire pour surveiller les activités propices au lobbyisme, ainsi que la sensibilisation grandissante des titulaires de charges publiques (élus, fonctionnaires, employés gouvernementaux).

«Avec l'adoption depuis 2010 de politiques de gestion contractuelles, les titulaires de charge publique sont de plus en plus conscients de leur rôle et demandent aux lobbyistes s'ils sont inscrits au registre. Des ministères ont aussi adopté des politiques internes au sujet du lobbyisme pour guider les fonctionnaires et les employés», souligne M. Labonté.

Qu'est-ce que c'est?

• Un lobbyiste-conseil est une personne qui travaille comme lobbyiste pour le compte d'un client (agent de relations publiques ou travailleur autonome, par exemple).

• Un lobbyiste d'entreprise ou d'organisation occupe un emploi ou une fonction au sein de l'entreprise ou de l'organisation qu'il représente.

Registre des lobbyistes

Toute personne qui effectue des activités de lobbyisme, soit des représentations auprès de titulaires de charges publiques pour représenter les intérêts d'un lobby (obtention d'un contrat, vente d'un produit, etc.) doit déclarer ses activités en s'inscrivant au Registre des lobbyistes du Québec, qui peut être consulté en ligne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer