Complexe de liquéfaction du gaz naturel

Port Saguenay acquiert 434 hectares de terrain

Le directeur de Port Saguenay, Carl Laberge explique... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Le directeur de Port Saguenay, Carl Laberge explique que l'acquisition de terrains est reliée directement à la venue du complexe de liquéfaction du gaz naturel ou d'un autre projet industriel d'importance.

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

Même s'il y a encore loin de la coupe aux lèvres avant que le projet de construction d'un complexe de liquéfaction de gaz naturel érigé au coût de 7,5 G$ piloté par GNL Québec ne se concrétise à Grande-Anse, Port Saguenay va de l'avant avec l'acquisition d'environ 434 hectares de terrain dans le secteur.

Au cours des dernières semaines, Saguenay, à titre de gestionnaire des terres publiques, a acquis de la compagnie 9025-9210 Québec inc. présidée par Ghislain Simard, des lots privés d'une superficie de 464,4 hectares dans le secteur de Grande-Anse au coût de 1000$ l'hectare. Cette acquisition réalisée à la suite de la signature d'une promesse de vente a été conclue sur un prix basé sur l'évaluation faite par la firme Conseillers forestiers Roy. Le tout était conditionnel à la vente d'un lot voisin par la ville. Ces lots privés ont été acquis en compensation de lots à être vendus à Port Saguenay.

Ce lot voisin d'une superficie de 434,4 hectares a été vendu par Saguenay à l'administration portuaire au prix de 1400$ l'hectare pour un total de 608 000$ en plus des frais administratifs d'environ 100 000$ et des taxes.

Selon Carl Laberge, directeur de Port Saguenay, l'acquisition de cet espace de terrain est reliée directement à la venue du complexe de liquéfaction du gaz naturel ou d'un autre projet industriel d'importance. «Ces hectares s'ajoutent aux espaces industriels qu'on possède déjà et qui totalisent 1000 hectares», a indiqué M. Laberge. Ce dernier a précisé que ce ne sont pas l'entièreté des 1000 hectares d'espaces qui pourront être utilisés en raison de la topographie du terrain et de contraintes environnementales.

M. Laberge a indiqué que peu importe ce qui arrivera avec le projet de GNL Québec, il est nécessaire d'avoir de grands espaces industriels disponibles dans ce secteur. «Il y a de l'intérêt du côté industriel. Nous sommes constamment à l'affût de partenaires. Cette stratégie s'inscrit en ligne de la nouvelle politique de développement maritime du gouvernement qui veut que l'on profite des installations portuaires pour attirer des investissements industriels», affirme le directeur de Port Saguenay.

En ce qui a trait au projet de GNL Québec, M. Laberge a mentionné que des discussions ont lieu régulièrement avec ce promoteur.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer