Deux Jeannois derrière Assassin's Creed

Dave Simard, de Dolbeau-Mistassini, et Frédéric Gagné, de... (Photo Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Dave Simard, de Dolbeau-Mistassini, et Frédéric Gagné, de Métabetchouan, ont participé à l'élaboration du jeu vidéo Assassin's Creed Syndicate, que le studio d'Ubisoft à Québec a lancé, hier.

Photo Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une dizaine de programmeurs, ingénieurs et producteurs de la région ont participé à l'élaboration du jeu vidéo Assassin's Creed Syndicate, que le studio d'Ubisoft à Québec a lancé hier.

Parmi eux, Dave Simard, de Dolbeau-Mistassini, et Frédéric Gagné, de Métabetchouan. «Quand j'étais jeune, je n'aurais jamais pu m'imaginer faire des jeux vidéo, relate Frédéric, âgé de 37 ans. Ce n'était pas une perspective d'avenir qui existait. En 1985-1990, à Métabetchouan, faire des jeux vidéo, ce n'était pas un métier auquel tu pouvais penser. Ce sont mes parents qui sont peut-être les plus surpris aujourd'hui!»

La ville de Québec a fait son entrée hier dans les ligues majeures du jeu vidéo avec ce lancement, premier opus de la célèbre franchise à être conçu à l'extérieur de Montréal. Au total, plus de 1000 créateurs ont participé à l'élaboration du jeu campé dans le Londres de la Révolution industrielle, en 1868.

Dave Simard travaille seulement depuis un an et demi chez Ubisoft. Il est programmeur d'intelligence artificielle. Jeune diplômé de l'Université du Québec à Chicoutimi en conception de jeux vidéo, il a rapidement trouvé du travail. Et quel travail!

«C'est assurément un bon départ pour ma carrière. C'est un projet d'envergure. On veut toujours plus grand, plus gros. Je suis très motivé pour le futur, relate l'homme de 23 ans, qui a quitté son Dolbeau-Mistassini natal il y a six ans. J'ai commencé assez jeune à m'intéresser au domaine, mais je suis surpris d'être dans une entreprise avec tant d'envergure aussi rapidement. On parle d'un jeu vidéo de calibre mondial qui est fait à Québec. Les gens ne le savent pas, mais tout a été conçu ici. En peu de temps, Montréal est devenue une plaque tournante dans le domaine au monde, et maintenant Québec fait aussi sa marque.»

Frédéric Gagné travaille depuis neuf ans chez Ubisoft, où il est producteur. Il a fait ses études au centre NAD de Montréal, affilié à l'UQAC. Il a travaillé un an pour Ubisoft à Montréal, mais a par la suite choisi de prendre le chemin de Québec.

«Le studio à Montréal, c'était pratiquement une ville de la grosseur de Métabetchouan! À Québec, le studio est de taille plus humaine. C'est ce qui m'a attiré ici, en plus du fait que je me rapprochais de la famille.»

Frédéric Gagné souhaite maintenant que le studio de Québec conçoive son propre jeu, de A à Z. «J'aimerais vraiment que l'on réussisse maintenant à créer notre propre jeu, notre propre idée. Aujourd'hui, on joue dans les ligues majeures. On fait notre nom, de sorte que l'on pourra avoir encore d'autres mandats intéressants comme celui-là. Nous avons prouvé à la compagnie que nous sommes capables, de calibre. À voir les notes données par les joueurs depuis la sortie, nous pouvons être fiers.»

Industrie accessible

L'industrie du jeu vidéo est-elle accessible? «Oui», assurent les deux Jeannois interrogés.

«Il faut simplement, comme dans tous les domaines, que tu travailles fort et que tu veuilles te démarquer. Nous avons la chance d'avoir plusieurs boîtes au Québec. Peu importe d'où tu viens, tu peux te démarquer», constate Frédéric Gagné.

«C'est parfois plus difficile de se faire reconnaître lorsque l'on ne vient pas d'un grand centre, où sont la majorité des entreprises. Tu dois faire tes propres projets personnels, faire de l'autoformation dans n'importe quel langage, n'importe quel type de jeu», confirme Dave Simard.

Pour ceux qui voudraient libérer Londres de l'oppression des templiers, Assassin's Creed Syndicate est sur les tablettes des magasins, en plus d'être téléchargeable sur les consoles Xbox One et PS4.

Une dizaine de programmeurs, ingénieurs et producteurs de la... (Image Ubisoft) - image 2.0

Agrandir

Image Ubisoft

Dans le Londres de la reine Victoria

Le nouvel épisode de la saga à succès Assassin's Creed transporte le joueur dans le Londres de l'époque victorienne.

Après avoir revisité dans de précédents volets l'époque des croisades, l'âge d'or de la piraterie ou encore la Révolution française, Assassin's Creed Syndicate se passe cette fois en 1868, pendant la révolution industrielle.

Le directeur créatif du jeu, Marc-Alexis Côté, a souligné combien il avait été «enthousiasmant de combiner l'univers en expansion d'Assassin's Creed avec un moment intéressant et pivot dans l'histoire».

«Notre Londres est un personnage, représentant à la fois les vies fantastiques vécues par les riches et les terribles souffrances parmi les pauvres», a-t-il ajouté.

Pour la première fois dans la saga, il y a deux personnages principaux, des jumeaux dispensant la justice de manière sanglante. Autre première pour le jeu, l'un des deux est un personnage féminin, Evie Frye, et il est possible d'alterner à tout moment entre elle et son frère Jacob.

Au fil du jeu, ils rencontrent des figures historiques comme Charles Dickens, Alexander Graham Bell ou Charles Darwin.

Le nouvel opus reste aussi fidèle à la marque de fabrique du jeu en proposant d'utiliser toute une série d'armes d'époque.

Depuis le lancement de son premier volet en 2007, les jeux Assassin's Creed se sont vendus à plus de 90 millions d'unités dans le monde, ce qui en fait l'une des séries les plus vendues au monde et la plus populaire d'Ubisoft.

Un nouveau volet du jeu sort tous les ans, et la marque s'est étendue pour inclure des livres, des bandes dessinées, des jeux mobiles et des films. Agence France-Presse

Une dizaine de programmeurs, ingénieurs et producteurs de la... (Image Ubisoft) - image 3.0

Agrandir

Image Ubisoft

Ubisoft au fil du temps

L'entreprise française Ubisoft a ouvert ses portes à Montréal en 1997 et est aujourd'hui le plus important studio de développement de jeux vidéos au monde, en employant 2700 employés (données 2014). Ubisoft a connu un succès monstre en 2007 en lançant Assassin's Creed, le premier d'une longue série. De fil en aiguille, le jeu est devenu plus complet, plus perfectionné, plus réel.

Toutes versions confondues, Assassin's Creed ont permis la vente de plus de 90 millions d'exemplaires. Par la suite, le jeu a été décliné sous forme de bandes dessinées et de romans. Des rumeurs persistantes affirment qu'un film librement inspiré de la série de jeux vidéo Assassin's Creed verra le jour en 2016. Voici une ligne du temps présentant tous les jeux d'Assassin's Creed créés à ce jour. Antoine Lacroix

  • 2007 : Assassin's Creed
  • 2008 : Assassin's Creed : Altaïr Chronicles
  • 2009 : Assassin's Creed : Bloodlines
  • 2009 : Assassin's Creed II
  • 2010 : Assassin's Creed : Brotherhood
  • 2011 : Assassin's Creed : Revelations
  • 2012 : Assassin's Creed III
  • 2012 : Assassin's Creed III : Liberation
  • 2013 : Assassin's Creed IV : Black Flag
  • 2013 : Assassin's Creed Pirates
  • 2014 : Assassin's Creed : Rogue
  • 2014 : Assassin's Creed Unity
  • 2015 : Assassin's Creed Chronicles : China
  • 2015 : Assassin's Creed Syndicate

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer