En cinq ans

Mashteuiatsh: cinq plaintes en déontologie policière

Cinq plaintes en déontologie policière ont été déposées... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Cinq plaintes en déontologie policière ont été déposées au cours des cinq dernières années contre des policiers de la Sécurité publique de Mashteuiatsh.

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Cinq plaintes en déontologie policière ont été déposées au cours des cinq dernières années contre des policiers de la Sécurité publique de Mashteuiatsh. De ce nombre, l'une a débouché sur la condamnation du policier Gerry Paul, un verdict aujourd'hui en appel.

Le policier Paul été reconnu coupable en novembre 2014 de voies de fait sur une jeune femme qui souffrait de troubles mentaux, en mai 2012.

Le directeur de la Sécurité publique de Mashteuiatsh, Simon Vanier, a fourni au Quotidien les données concernant les plaintes au commissaire à la déontologie policière faites au cours des cinq dernières années sur le territoire couvert par son corps policier. Une demande similaire a été faite auprès des relations publiques de la Sûreté du Québec, à Québec puis à Montréal. Une responsable des communications nous a mentionné être «obligée de (nous) référer au Comité de déontologie policière», ne voulant dire si la SQ possède ou non l'information. Nous n'avons pas eu de retour d'appel du bureau du commissaire à la déontologie policière, hier. Quant à la Sécurité publique de Saguenay, son chef de police avait déjà donné l'ensemble de ces statistiques, lors d'une conférence de presse tenue à la fin du mois de septembre, sans que les médias aient à passer par le commissaire à la déontologie.

À Mashteuiatsh, deux plaintes se sont réglées en conciliation et deux autres, après analyse, ne se sont pas rendues à l'étape de l'enquête. Lors d'une conciliation, le policier et le citoyen en question se rencontrent.

La plainte contre Gerry Paul, quant à elle, a été retenue. Le policier est suspendu sans solde depuis octobre 2014. Il avait été affecté à des tâches administratives en janvier 2014, après avoir été suspendu sans solde de mai 2012 à décembre 2013. Simon Vanier n'a pas voulu commenter ce dossier puisque le tout est en appel. En première instance, le juge Pierre Simard a jugé que le policier avait fait preuve d'une force excessive dans une salle d'interrogatoire, avec la dame connue pour avoir des troubles mentaux et en état d'ébriété. La victime n'avait pas été blessée.

Saguenay

À Saguenay, tel que rapporté dans Le Quotidien du 1er octobre, 18 plaintes en déontologie policière ont été déposées en 2014, ce qui constitue un nombre dans la moyenne, selon le directeur de la Sécurité publique de Saguenay, Denis Boucher. De ce nombre, 11 dossiers ont été fermés à la suite d'une analyse, trois dossiers sont en attente et quatre autres ont été réglés en conciliation. Jusqu'à maintenant, aucun dossier ne s'est soldé par une sanction.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer