CA du CIUSSS: aucune ouverture

Martine Couture ne montre aucune ouverture à intégrer... (Photo Le Quotidien, Louis Potvin)

Agrandir

Martine Couture ne montre aucune ouverture à intégrer un représentant de Dolbeau-Mistassini au sein du conseil d'administration du CIUSSS.

Photo Le Quotidien, Louis Potvin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

La présidente-directrice générale du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Martine Couture, ne montre aucune ouverture à accueillir un membre de Dolbeau-Mistassini au sein du conseil d'administration.

« Le conseil d'administration est déjà constitué au sens de la loi. Le conseil d'administration du CIUSS représente l'ensemble de la région. C'est son mandat et nous allons respecter cette loi », a-t-elle répété à plusieurs reprises, questionnée par les journalistes.

Il ne semble pas possible de modifier cette loi même si les élus de Maria-Chapdelaine le réclament. Martine Couture indique que le maire de Dolbeau-Mistassini ne l'a pas interpellée, mais que de toute façon rien ne pouvait être fait pour intégrer une personne de Dolbeau-Mistassini, même à titre d'observateur. « L'ensemble de la population est considéré ainsi que l'ensemble des services autant dans le secteur Maria-Chapdelaine que les autres secteurs. C'est très clair que les relations de collaboration continuent et la relation sur la connaissance des besoins et les liens avec chaque secteur de la région vont se poursuivre », a-t-elle assuré.

Cette dernière assure que c'est la qualité des services qui prime et que la représentation n'affaiblira pas un secteur par rapport à un autre malgré les compressions budgétaires de 18 M$ qui s'en viennent. « C'est un effort important et sérieux, mais qui doit se faire en maintenant la quantité et la qualité de nos services. Donc, il faut trouver des voix de maintenir une répartition des services qui soit à l'échelle du territoire. Notre sensibilité est d'assurer les services à la population sur l'ensemble du Saguenay-Lac-Saint-Jean. C'est pourquoi le CIUSS a été créé », a affirmé la présidente-directrice générale.

Sarah Gagnon chef imagerie, Martine Couture PDG CIUSS,... (Photo Le Quotidien, Louis Potvin) - image 2.0

Agrandir

Sarah Gagnon chef imagerie, Martine Couture PDG CIUSS, Suzanne Gagné directrice générale adjointe aux services professionnels, Madeleine Leclerc président Fondation CSSS Domaine-du-Roy, Yvon Glaude radiologiste et France Guay présidente du CA du CIUSS ont inauguré le nouveau mammographe numérique.

Photo Le Quotidien, Louis Potvin

Le dépistage pour le cancer du sein sera amélioré à l'hôpital de Roberval avec l'acquisition d'un mammographe numérique très performant.

« Les examens de mammographie ont permis de dépister 218 cas dans la région. En découvrant des tumeurs précocement, ce sont moins de femmes qui décèdent du cancer du sein parce que les traitements arrivent à temps. C'est pour cette raison que je rappelle aux femmes de 50 à 69 ans de réaliser des examens tous les deux ans », a indiqué la présidente-directrice générale du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Martine Couture, lors de l'inauguration de cet appareil qui est en fonction depuis le mois de juin.

Le nouvel appareil numérique va permettre de réaliser des images en trois dimensions afin d'avoir une meilleure visibilité. La technologie numérique permet de manipuler l'image lors de la lecture, d'augmenter la qualité de l'information pour tous les types de seins, d'améliorer le contraste et la résolution des fins détails et une meilleure visualisation de la peau et le partage rapide de l'information.

Comme il s'agit du premier type de cancer diagnostiqué chez les femmes au Saguenay-Lac-Saint-Jean, avoir un équipement de pointe va rassurer les femmes, mentionne Suzanne Gagné, directrice générale adjointe aux services professionnels. « Ça augmente le taux de détection, ce qui va éviter de faire des diagnostics et imposé du stress inutile à des femmes à qui l'on demande de passer un autre examen », a-t-elle indiqué.

L'an dernier, 3900 examens ont été réalisés. Pour les examens de dépistage, le temps d'attente oscille entre 3 à 4 mois. Pour les cas urgents, ils se font en moins de deux jours. Le nouvel appareil devrait permettre de ramener la liste d'attente à moins de 3 mois.

Même s'il s'agit d'un nouvel appareil moderne, il est toujours aussi inconfortable pour une femme de passer une mammographie. Le sein doit être encore compressé pour effectuer l'examen.

C'est grâce à la Fondation du CSSS Domaine-du-Roy, que cet équipent d'une valeur de 315 000 $ a pu être acheté. À ce sujet, Martine Couture a souligné l'importance des 10 fondations présentes dans la région. Louis Potvin

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer