André Poulin contestera l'assemblée des créanciers

Le président de Remac, André Poulin, en compagnie... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Le président de Remac, André Poulin, en compagnie de sa fille, Vanessa Poulin.

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

Le président de Remac, André Poulin, ne se tient pas pour battu et c'est pourquoi il entend contester le déroulement de l'assemblée des créanciers tenue mercredi.

En entrevue hier après-midi, M. Poulin a mentionné que sa période de réflexion se poursuit, mais qu'il est pratiquement assuré que le déroulement de l'assemblée des créanciers ferait l'objet d'une contestation judiciaire. «Avant la tenue de l'assemblée, notre proposition aux créanciers passait à 98%. Ça prend en terme de nombre de votants 50% plus un pour l'acceptation et en terme de valeur 66 et deux tiers. Intact Assurance est arrivée avec 1 M$ de créances», a indiqué M. Poulin.

La liste des créanciers est établie à 38. Lors de l'assemblée, six d'entre eux ont voté contre la proposition déposée par Remac pour l'effacement d'une partie de la dette de 2,5 M$.

La difficulté dans le dossier, selon lui, concerne les démêlés liés au parachèvement du contrat obtenu pour la réfection du pont Corbeil à Saint-Eustache. Un des dilemmes auxquels est confrontée Remac est que si elle poursuit Saint-Eustache pour des modifications non prévues au contrat de construction du pont, Intact Assurance s'est engagée à prendre parti pour la municipalité.

Interrogé sur la possibilité que Remac puisse renaître de ses cendres avec l'appui de certains clients et amis, M. Poulin n'est guère optimiste. «Une entreprise, ça vaut les contrats que tu as et le personnel qui y travaille. L'Atelier d'usinage d'Arvida, ça fait plusieurs mois que c'est fermé. Tu passes devant et il n'y a rien.»

Il conclut en affirmant que son entreprise aura tenté d'aller décrocher des contrats à l'extérieur pour créer des emplois ici. «Peut-être qu'un jour, je travaillerai pour ma fille Vanessa qui deviendra mon employeur», conclut-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer