Josée Néron mise sur les valeurs

La chef de l'Équipe du Renouveau démocratique (ERD),... (Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

La chef de l'Équipe du Renouveau démocratique (ERD), Josée Néron.

Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

La nouvelle chef de l'Équipe du Renouveau démocratique (ERD), Josée Néron, entend s'atteler rapidement à la tâche afin de positionner son parti politique municipal au diapason des aspirations de Saguenay.

Élue par acclamation depuis 23 heures mardi soir, Mme Néron devient la troisième chef de l'ERD depuis sa fondation en 2011, succédant à Léonard Gagnon et Paul Grimard. Son assemblée d'investiture aura lieu le 14 novembre prochain lors d'une assemblée partisane.

Rafraîchir le programme

En entrevue, la nouvelle leader a mentionné que l'une des premières tâches à laquelle elle s'attellera sera de rafraîchir le programme de la formation politique. « Nous représentons des gens qui ont des valeurs. On se doit de bonifier avec eux le programme en place depuis 2013. À compter du 1er novembre, Mme Néron amorcera une série de rencontres avec les membres afin de se prêter à cet exercice en s'assurant qu'il y ait une cohésion au programme. »

La nouvelle leader affirme ne pas prétendre avoir la science infuse en politique municipale, mais elle a foi en la transparence en démocratie.

À l'écoute des besoins

L'autre défi qu'elle s'impose sera de travailler auprès de l'électorat afin de faire connaître les avantages d'avoir une formation politique bien structurée avec des candidats à l'échevinage ayant de bonnes compétences capables d'être à l'écoute des besoins des citoyens en dépit des divergences qui s'expriment.

En attendant que la période électorale ne se pointe dans deux ans, Mme Néron entend continuer le travail amorcé autour de la table du conseil municipal en mettant en lumière des dossiers qui ne font souvent l'objet de débats publics. L'entretien des infrastructures des rues, routes et trottoirs, aqueduc, la gestion des matières résiduelles sont des dossiers qui ne font pas souvent l'objet de débats publics.  « On va demander à l'administration actuelle de nous informer tout en continuant d'apporter des critiques constructives. »

En ce qui a trait à l'élection de 2017 et la possibilité que la lutte se fasse à plusieurs candidats à la mairie, Mme Néron y voit un phénomène de saine démocratie, mais aussi l'opportunité que la population soit soumise à plusieurs débats éclairants. « Comme mairesse, j'ai envie d'un leadership d'écoute. Quelqu'un qui fera partie de l'opposition, ça me fera plaisir de l'écouter. On va arrêter d'être sous un régime totalitaire », conclut-elle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer