Comment perdre ses militants

Avant même que la marée libérale n'ait commencé... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Avant même que la marée libérale n'ait commencé à donner des signes, Jean Laflamme a rencontré Denis Lemieux. Il a considéré les qualités de l'individu et a décidé de le supporter. Un geste qu'il ne regrette pas aujourd'hui.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La dernière élection fédérale aura été l'occasion d'un divorce qui illustre bien les difficultés du Parti conservateur du Canada à tisser des liens avec sa base électorale québécoise. L'un de ses piliers, l'organisateur politique Jean Laflamme, qui fut pendant des décennies l'un des seuls à tenir le flambeau des bleus au Saguenay-Lac-Saint-Jean, est devenu transfuge et a appuyé le candidat libéral Denis Lemieux.

Ce n'est toutefois pas de gaieté de coeur que ce conservateur de longue date a tourné le dos à son ancienne formation politique, après des tentatives de réconciliation infructueuses. Jean Laflamme avait pourtant accepté que la nouvelle mouture conservatrice, construite sur les cendres de l'Alliance canadienne et du Parti progressiste conservateur, tienne à l'écart les vieux militants québécois qui n'étaient pas légion, mais très efficaces pour lever des fonds ou même supporter les candidats dans les élections.

« Je crois que c'est l'été dernier. J'ai reçu une carte pour renouveler mon membership au parti. La carte était unilingue anglophone, tout comme les messages qui accompagnaient les documents. Je n'étais pas très content de cette situation, surtout qu'on nous faisait vraiment sentir que nous n'étions plus considérés comme des membres influents du parti malgré nos états de service », explique le coloré organisateur.

Jean Laflamme a déposé tous les documents dans une enveloppe avec un message. Il a adressé la missive au ministre et lieutenant québécois de Stephen Harper, Denis Lebel. « J'ai rédigé un message très poli à l'attention de M. Lebel. Je lui ai souligné que ce n'était pas avec des communications de cette nature avec les membres que le parti allait réussir à prendre racine au Québec pour faire une percée importante. J'ai indiqué dans ma correspondance que la lettre était strictement adressée à Denis Lebel. »

Quelques jours plus tard, Jean Laflamme a reçu un appel d'un attaché politique ou employé du Parti conservateur du Canada. Ce dernier a tenté de fournir des explications. Jean Laflamme a alors répliqué que le message était adressé à Denis Lebel et qu'il n'était pas intéressé à recevoir des explications par une autre personne que le lieutenant québécois.

« Je suis un membre actif du Parti conservateur du Canada depuis 1957. J'ai investi temps et argent pour cette formation puisque la politique est une passion pour moi. Certains jouent au golf; moi, c'est la politique. Malgré cette fidélité, même pendant les périodes les plus sombres où j'ai toujours répondu à l'appel et travaillé à l'organisation, Denis Lebel ne m'a jamais retourné d'appel. Il faut le faire. »

Bon candidat

Entre-temps, avant même que la marée libérale n'ait commencé à donner des signes, Jean Laflamme a rencontré Denis Lemieux. Il a considéré les qualités de l'individu et a décidé de le supporter. Un geste qu'il ne regrette pas aujourd'hui. Il admet que certaines personnes ont pu se questionner sur la présence de l'organisateur conservateur aux côtés du nouveau député libéral.

À l'époque, j'ai travaillé dans le camp de Joe Clark contre Brian Mulroney. Nous avons perdu. Brian Mulroney est devenu chef et jamais il n'a posé un geste pour écarter les organisateurs de Joe Clark. Je l'ai rencontré à Montréal et je lui ai demandé si un Irlandais qui avait la mémoire longue allait régler des comptes. Brian Mulroney est parti à rire en me donnant une poignée de main et me disant de ne pas m'en faire. C'est comme ça qu'il faut faire de la politique », a conclu l'ex-organisateur conservateur qui vogue aujourd'hui dans la barque des libéraux fédéraux.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer