Gaudreault aurait aimé une réaction plus rapide

Le député de Jonquière, Sylvain Gaudreault, a rappelé... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Le député de Jonquière, Sylvain Gaudreault, a rappelé que dès la semaine dernière, le gouvernement du Nouveau-Brunswick émettait l'hypothèse de demander au gouvernement fédéral de déposer une plainte devant l'Organsiation mondiale du commerce.

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le député de Jonquière à l'Assemblée nationale, Sylvain Gaudreault, est sidéré par la lenteur avec laquelle le gouvernement du Québec réagit à l'imposition d'une surtaxe de près de 20% sur les exportations canadiennes de papier surcalandré, dont celui produit par les machines à papier des usines de Résolu de Dolbeau et Kénogmai.

La décision du Département américain du commerce d'imposer une surtaxe sur le papier surcalandré a été soulevée lors de la période des questions à l'Assemblée nationale hier. Le député de Jonquière a insisté auprès du ministre des Forêts Laurent Lessard pour lui faire part de l'inquiétude des travailleurs devant l'augmentation des coûts de production du papier surcalandré à l'usine Kénogami.

«Pendant que le gouvernement analyse et tarde à réagir, les travailleurs de l'usine Kénogami sont inquiets et se demandent ce qui va se passer. Pour cette usine, selon les discussions que j'ai eues avec le président du syndicat, il s'agit d'une augmentation du prix de 175$ la tonne. On se demande si à ce prix, et malgré l'électricité produite par les centrales, l'usine est toujours rentable», questionne le député.

Le ministre de la Forêt et celui responsable des exportations, Jacques Daoust, ont expliqué qu'ils avaient posé des gestes malgré la décision rendue il y a à peine quelques jours. Le ministre Daoust a de son côté rencontré le président de Résolu, Richard Garneau, alors que son collègue Laurent Lessard entend utiliser tous les moyens à sa disposition pour défendre l'industrie québécoise, dont une plainte officielle à l'Organisation mondiale du commerce.

Le député Sylvain Gaudreault aurait souhaité des réactions beaucoup plus rapides et des moyens d'action plus précis. Il a rappelé que dès la semaine dernière, le gouvernement du Nouveau-Brunswick émettait l'hypothèse de demander au gouvernement fédéral de déposer une plainte devant l'Organsiation mondiale du commerce.

Contrairement à certaines informations qui ont circulé jusqu'à maintenant en lien avec cette nouvelle crise de l'industrie du papier, la plainte logée par les papetières américaines Verso et Madison Paper Industries ne s'appuie pas sur l'entente Canada-États-Unis sur le bois d'oeuvre résineux.

Il s'agit d'une plainte déposée en vertu des règles qui encadrent le commerce international.

La surtaxe s'applique aussi sur des usines de la Nouvelle-Écosse et du Nouveau-Brunswick, deux provinces exclues de l'entente sur le bois d'oeuvre. Les deux papetières américaines ont déposé des plaintes lorsque le gouvernement de la Nouvelle-Écosse a accordé une aide financière de 125 M$ pour la relance de la machine à papier de Port Hawkesbury par la société Port Hawkesbury Paper. Il s'agit de la machine à papier la plus moderne dotée de la plus importante capacité de production en Amérique du Nord pour le papier surcalandré.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer