Alouettes: hommage à l'Escadron 425

Les Alouettes de Montréal ont porté l'uniforme rendant... (Photo Presse Canadienne)

Agrandir

Les Alouettes de Montréal ont porté l'uniforme rendant hommage à l'Escaron 425 de la Base militaire de Bagotville, hier.

Photo Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les téléspectateurs qui ont regardé la partie opposant les Alouettes de Montréal et les Tiger-Cats de Hamilton, hier après-midi, ont peut-être remarqué qu'un hommage aux racines de l'équipe montréalaise a été rendu avec, notamment, le passage de CF-18 de l'Escadron 425 de la Base militaire de Bagotville. Pour l'occasion, plusieurs militaires de la région ont assisté à la rencontre.

Fondé en 1942, l'Escadron 425 a été surnommé « Alouettes » en l'honneur de l'oiseau reconnu pour sa grande ténacité et ses vols à haute altitude. Encore aujourd'hui, il s'agit du seul escadron de chasse francophone des Amériques. L'équipe de football, elle, a vu le jour en 1946, lors du retour des troupes après la Deuxième Guerre mondiale.

Alors que les comédiennes Sylvie Moreau et Sandra Dumaresq, membres du groupe les Country Girls, interprétaient l'hymne national, des militaires de la Base militaire de Bagotville ont été montrés à l'écran. Sur la dernière note, deux CF-18 ont fait un premier passage. Au retour de la pause publicitaire, ils ont effectué un second passage, survolant le stade Percival-Molson de Montréal.

Par ailleurs, les Alouettes ont enfilé leur troisième uniforme pour l'occasion. Celui-ci, dévoilé en août 2014 à Bagotville, est gris, en hommage à l'acier des avions. Sur les épaules, de même que le long des cuisses, des ailes blanches ont été dessinées sur fond bleu. Le casque, quant à lui, arbore le bleu et le rouge de l'Escadron 425, de même que le logo de celui-ci. Soucis du détail: même les gants des joueurs formeront le logo des militaires de Bagotville lorsque ceux-ci joindront les mains.

Plusieurs petits clins d'oeil ont été effectués, hier, afin de rappeler les liens étroits qui unissent l'équipe montréalaise à l'Escadron 425.

Sur le terrain, les Alouettes de Montréal ont baissé pavillon 23-11 contre les Tiger-Cats de Hamilton, devant 23 058 spectateurs qui ont bravé un temps pas très douillet au stade Percival-Molson.

La porte-parole de la Base militaire de Bagotville n'a pas rendu les appels du Quotidien.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer