Sylvain Gaudreault condamne l'apathie des libéraux

Sylvain Gaudreault se dit très inquiet des impacts... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Sylvain Gaudreault se dit très inquiet des impacts du coût supplémentaire engendré par une surtaxe pour l'usine de Kénogami.

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Trois jours après l'annonce d'une surtaxe allant de 17 à 20% pour le papier surcalandré par le Département américain du commerce, le député de Jonquière Sylvain Gaudreault somme le gouvernement libéral d'agir rapidement, puisque «la région a déjà été assez victime de problèmes du côté de l'industrie forestière».

M. Gaudreault trouve que le gouvernement libéral, au premier chef le ministre de la Forêt Laurent Lessard, est apathique. Il souhaite qu'une stratégie soit élaborée «immédiatement». «Ce que je constate, c'est que le gouvernement du Nouveau-Brunswick a crié plus fort que celui du Québec. Tout ce qu'on entend du ministre et du premier ministre, c'est: "Ah! On est surpris par la décision. On va analyser ça". Les travailleurs, eux, ont tout de suite bien compris. On n'est pas à l'heure d'essayer de comprendre ce qui s'est passé, mais à l'heure de bouger», dénonce-t-il.

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick entend contester la décision du Département américain du commerce devant le tribunal de l'Organisation mondiale du commerce. Selon Sylvain Gaudreault, les libéraux devraient rejoindre cette initiative. «Le gouvernement du Québec devrait au moins envisager ce scénario. Il devrait également placer ses conditions pour éviter qu'on se trouve dans une situation comme il a quelques années avec une crise du bois d'oeuvre qui s'éternisait et qui affectait nos producteurs», soutient le député du Parti québécois.

Conditions acceptables

L'élu désire voir la province affirmer clairement ses conditions acceptables sur la question des ententes internationales touchant la forêt, «par exemple de ne pas avoir de surtaxe et de reconnaître le fait que la forêt au Québec est une des forêts les mieux exploitées à travers le monde sur le plan environnemental.»

Selon le député de Jonquière, Produits forestiers Résolu (PFR) doit être partenaire du gouvernement dans la stratégie qui sera élaborée: «Quand PFR nous dit sans cesse que les coûts sont trop élevés au Québec. Dans le cadre d'ententes internationales, c'est une belle occasion de dire: "Voilà ce que ça nous coûte et voilà ce que ça va nous coûter de plus avec la nouvelle surtaxe".»

Sylvain Gaudreault se dit très inquiet des impacts du coût supplémentaire engendré par une surtaxe pour l'usine de Kénogami. «Ç'a un impact sur la rentabilité de la machine. Déjà, le coût de production est élevé, et il faut toujours que les travailleurs fassent des efforts pour réduire les coûts de production. Une grande usine avec une seule machine, c'est dur à rentabiliser. Kénogami se trouve directement affectée par cette décision-là du gouvernement américain», avance le député, qui a communiqué avec le président du syndicat, Régis Duchesne, ainsi que le porte-parole péquiste en matière d'industrie forestière, Sylvain Roy, pour élaborer une stratégie.

À ce titre, M. Gaudreault compte soulever le sujet dès la reprise des travaux parlementaires, mardi, après une semaine de relâche. «Dès mardi, je vais plaider pour qu'on intervienne là-dessus, d'une manière ou d'une autre», promet-il, sans dévoiler la stratégie qui sera utilisée pour interpeller le gouvernement libéral.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer