Transmettre une vision féministe

La professeure Anne Martine Parent a récemment fait... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

La professeure Anne Martine Parent a récemment fait une expérience avec ses étudiants en ne mettant au programme que des livres obligatoires écrits par des femmes. Dès le premier cours, une étudiante a fait une remarque à ce sujet.

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Anne Martine Parent s'intéressait particulièrement aux témoignages de personnes ayant vécu l'horreur des camps de concentration. C'est à ce sujet qu'elle avait rédigé sa thèse de doctorat. Puis, en enseignant, son centre d'intérêt, sa cause, a changé. Ce sont désormais les études féministes qui la passionnent.

« Quand tu deviens professeure, tu transmets une vision du monde. C'est important pour moi de transmettre ma vision féministe. Au début de l'année, quand je demande s'il y a des féministes dans la salle, une ou deux personnes lèvent la main. Le résultat est différent à la fin de l'année », explique la professeure de littérature à l'Université du Québec à Chicoutimi (UQAC).

Bien entendu, cet intérêt ne lui est pas venu en claquant des doigts.

« J'étais féministe avant, mais c'est devenu important pour moi de l'être dans mon travail. Souvent, les femmes comme les hommes ont l'impression que l'égalité, c'est de l'acquis. Si c'est à ce point acquis, pourquoi une femme qui atteint un certain âge n'est jamais rappelée pour jouer au cinéma? En tant que femme, quand tu prends conscience des inégalités, tu réalises que tu dois faire quelque chose. Les inégalités ne sont pas seulement "ailleurs dans le monde". Elles sont ici aussi. Oui, sur le plan légal, les femmes sont égales aux hommes. En pratique, c'est autre chose. Un homme ne se fait pas siffler sur la rue, ne se fait pas pogner les fesses. Il n'y a pas un homme qui doit faire face à un Marcel Aubut. »

La professeure a récemment fait une expérience avec ses étudiants en ne mettant au programme que des livres obligatoires écrits par des femmes. Dès le premier cours, une étudiante a fait une remarque à ce sujet.

« Elle m'a demandé pourquoi je n'avais choisi que des auteures femmes. L'aurait-elle fait si je n'avais placé que des auteurs masculins? Jamais. Dans la littérature, ce ne sont pratiquement que des hommes qui remportent des prix, alors qu'il y a au moins autant de femmes qui écrivent. Les critères des concours ont été faits par des hommes. La littérature "normale" est donc celle des hommes. Les femmes lisent beaucoup d'auteurs masculins, mais l'inverse n'est pas vrai », note celle qui est directrice de l'Unité d'enseignement en lettres.

Mme Parent souligne que l'on confère aux hommes une certaine autorité de par le fait qu'ils soient nés hommes, alors qu'une femme avec de l'autorité devient bien souvent hystérique aux yeux de la population.

« À quel homme politique demanderions-nous l'âge de ses enfants, de peur qu'il ne puisse se consacrer entièrement à son métier? La vie personnelle des hommes ne nous intéresse pas. Comment vont-ils concilier le travail et la famille? Leur conjointe va s'occuper du reste, pense la société. Les gars sont aussi prisonniers de ce phénomène, puisqu'un gars qui veut rester à la maison est très mal vu. »

Anne Martine Parent va publier un recueil de poésie le 1er mars. Intitulé Entrer dans le temps, il traitera énormément de la mort, et peu du féminisme. Elle travaille aussi à l'analyse de téléséries, comme Girls et Orange is the new black, afin d'observer la représentation explicite de la sexualité dans des choses qui ne sont pas de la pornographie.

Ses trois recommandations littéraires

Les années d'Annie Ernaux, une autobiographie sans « je ».

La cloche de détresse de Sylvia Plath, un roman qui raconte la dépression d'une jeune femme.

Mrs Dalloway de Virginia Wolf, qui raconte la journée d'une femme qui organise une réception tout en plongeant dans son passé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer