Le bloc opératoire n'est pas menacé

Le CIUSSS assure que les services ne diminueront... (Archives Le Progrès-Dimanche, Louis Potvin)

Agrandir

Le CIUSSS assure que les services ne diminueront pas au bloc opératoire de l'hôpital de Dolbeau-Mistassini et que le projet d'agrandissement et de mise aux normes est toujours à l'étude.

Archives Le Progrès-Dimanche, Louis Potvin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Les services au bloc opératoire de l'hôpital de Dolbeau-Mistassini ne seront pas diminués et le projet d'agrandissement et de mise aux normes est toujours dans les cartons.

C'est ce qu'assure la direction du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS). «Ce n'est pas parce que des intervenants répètent un mythe que ça devient une vérité. La volonté du CIUSSS est de maintenir ouvert tous les blocs opératoires de la région et de garder les services de proximité pour avoir des soins de santé adéquats», informe le porte-parole Jean-François Saint-Gelais.

Ce dernier informe qu'un groupe de travail analyse le programme de chirurgie régionale afin d'utiliser chaque salle d'opération à leur plein potentiel afin d'accroître l'efficacité. «Il est vrai que la performance pourrait être meilleure en chirurgie à Dolbeau-Mistassini. Et le projet d'agrandissement et de rénovation du bloc opératoire permettrait de faire des gains de performance. C'est pour cette raison que le projet est toujours en analyse au ministère de la Santé. Il n'a pas été abandonné», assure Saint-Gelais.

Le réaménagement du bloc opératoire est évalué à 10 M$. En triplant sa superficie, quatre salles pourraient être aménagées.

Le porte-parole du CIUSSS comprend les inquiétudes soulevées par le maire Richard Hébert et la présidente du syndicat des infirmières Pauline Paradis. Il répète qu'elles ne sont pas fondées.

Conseil d'administration

Concernant les demandes des élus de Maria-Chapdelaine d'avoir un représentant au conseil d'administration provenant des établissements de santé de la MRC, le CIUSSS ne veut pas s'en mêler. Le porte-parole demande seulement de respecter les gens qui ont été nommés.

Dans les faits, il y a un représentant provenant de Maria-Chapdelaine, soit Jean Lemieux, qui travaille à l'Institut La Chesnaie de Roberval. Il habite Normandin et représente les enjeux de protection de la jeunesse. Ce qui n'est pas suffisant selon les élus du Haut-du-Lac.

Le conseil d'administration est composé de 20 personnes qui sont nommées selon leurs compétences ou expertises.

«Les membres ont été nommés selon des critères précis. Nous allons travailler avec le conseil d'administration qui a été nommé par le ministre. Si les élus veulent revendiquer des choses auprès des politiciens, c'est leur droit», mentionne Saint-Gelais.

Si le ministre de la Santé Gaétan Barette ou le premier ministre Philippe Couillard décidait de nommer un administrateur provenant de l'ancien CSSS Maria-Chapdelaine, le CIUSSS va l'accueillir sans problème.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer