Saguenay en bouffe bat son plein

Le chef Michele Forgione, le coordonnateur de Saguenay... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Le chef Michele Forgione, le coordonnateur de Saguenay en bouffe, Charles Boudreault, Bob le chef et Stefano Faita attendent les amateurs de saveurs dans le cadre de Saguenay en bouffe.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

La 27e édition de Saguenay en bouffe bat son plein. Jusqu'au 25 octobre, 12 restaurants qui proposent des mets inspirés de 10 pays différents fourmilleront de clients à la recherche de nouvelles saveurs. Un événement aux retombées importantes, surtout en cette période de l'année qui serait autrement creuse pour les établissements.

L'automne est habituellement une période tranquille en restauration. Entre la fin des vacances estivales et les célébrations des Fêtes, les clients se font plus rares.

«Saguenay en bouffe a été mis sur pied pour combler le trou entre l'été et l'hiver. C'est un concept qui intéresse beaucoup. L'activité a été organisée pour la région, mais des gens de partout aiment le concept. Certains l'ont repris. Je crois que c'est de là qu'est né Montréal à table, mais c'est difficile de faire consensus quand on implique des compétiteurs», explique Charles Boudreault, coordonnateur de Saguenay en bouffe.

À Saguenay, le concept fonctionne bien. Les retombées que l'événement engendre y sont certainement pour quelque chose.

L'an passé, 10 200 clients ont mangé dans les 10 restaurants participants.

«On a un noyau dur d'environ 10 000 clients participants. Je peux assurer que ces gens ne seraient pas dans les restaurants autrement. C'est une activité où les restaurateurs font connaissance avec une nouvelle clientèle.»

Les retombées sont énormes pour les restaurateurs.

«Si on fait une moyenne de 30$ par personne pour le repas, qu'on ajoute un montant de 20$ pour la boisson et qu'on multiplie tout ça par 10 000 personnes, on parle d'un minimum de 500 000$ en retombées», calcule le coordonnateur de l'événement qui souligne que Saguenay en bouffe est aussi très attendu du public.

«Les gens veulent être dépaysés, goûter de nouvelles choses. Certaines personnes vont dans des restaurants où ils ne seraient jamais allés autrement. C'est le moment où les gens font des essais. Le but est de faire découvrir un espace, une qualité de cuisine. Certaines personnes vont trois ou quatre fois au restaurant pendant Saguenay en bouffe et c'est le seul moment dans l'année où ils y vont.»

Invités

Pour une cinquième année, des chefs invités participent à l'événement. Stefano Faita et son associé Michele Forgione proposeront un menu italien aux clients du restaurant L'Inter. Ils comptent transposer l'esprit du restaurant Impasto à Saguenay. «Le chef de L'Inter a commandé tous les produits qu'on utilise. On se croirait chez Impasto», affirme Stefano Faita. À L'Inter, Michele Forgione sera en cuisine, Stefano Faita dans la salle. «C'est comme ça que nous fonctionnons dans nos restaurants», souligne Michele Forgione.

Bob le chef revisitera quant à lui la cuisine québécoise au restaurant Chez Georges. Celui qui a passé l'été à participer à différents festivals est demeuré en cuisine toute la journée jeudi. «Je suis excité», a-t-il confirmé quelques minutes avant l'ouverture du restaurant. Bob le chef est habitué de cuisiner à différents endroits. Il passe la majeure partie de l'année à s'exécuter lors d'ateliers offerts dans les écoles.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer