Le NPD au Cercle de presse du Saguenay

La crise du niqab a laissé des traces

Karine Trudel dans Jonquière, Dany Morin dans Chicoutimi... ((Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque))

Agrandir

Karine Trudel dans Jonquière, Dany Morin dans Chicoutimi et Gisèle Dallaire dans Lac-Saint-Jean.

(Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La crise du niqab a laissé des traces au sein du NPD et certaines candidates sont hésitantes à révéler le fond de leur pensée sur cette bombe à retardement qui a fait dérailler la campagne du chef Thomas Mulcair, en chute libre depuis qu'il a déclaré respecter les décisions des tribunaux qui ont permis le port de ce voile complet pendant la cérémonie de citoyenneté canadienne.

Devant le Cercle de presse du Saguenay hier, les candidates Karine Trudel dans Jonquière et Gisèle Dallaire dans Lac-Saint-Jean ont refusé de partager leur opinion sur cette question. Elles ont été invitées à se prononcer par un oui ou un non sur la « normalité » pour une femme de se présenter dans un bureau de scrutin ou une cérémonie d'assermentation de citoyenneté le visage voilé.

Les deux candidats ont tenté de répondre en mettant en cause la stratégie de Stephen Harper qui aurait fait en sorte de prendre des décisions qui ont provoqué cette crise en pleine campagne électorale. Devant leur refus systématique de prendre une position personnelle, le directeur de la campagne électorale pour le Québec, Alexandre Boulerice, a rappelé que le niqab relevait non pas d'une question de normalité, mais bien de légalité.

Les candidats NPD de la région ont évidemment accueilli avec une certaine satisfaction les résultats des derniers sondages locaux qui confirment une avance pour Dany Morin dans Chicoutimi et Karine Trudel dans Jonquière. Sur le plan national, Dany Morin rappelle les sondages de la dernière campagne électorale: « Nous étions à 20 % dans les intentions de vote et les Libéraux remportaient la victoire », a-t-il insisté pour répondre aux questions entourant la chute soudaine du NPD depuis le début de la présente campagne électorale.

De plus, ajoute le député de Chicoutimi-Le Fjord, le NPD doit remporter 35 victoires de plus que les circonscriptions qu'il détient en ce moment pour battre les Conservateurs. Les Libéraux doivent remporter 100 sièges de plus, ce qui semble pratiquement impossible aux yeux de Dany Morin. En fait, les candidats NPD prêtent foi aux sondages locaux qui leur donnent les devants dans deux des trois comtés et prennent avec un grain de sel les sondages nationaux qui confirment la chute des intentions de vote et la remontée lente et constante du chef libéral Justin Trudeau.

Confiants de leur avance au Saguenay, les candidats néo-démocrates ont concentré les attaques contre le gouvernement conservateur et son lieutenant québécois et député de Lac-Saint-Jean Denis Lebel. Karine Trudel et Dany Morin ont rappelé à plusieurs reprises que la région avait perdu pas moins de 4500 emplois dans le secteur industriel au cours de la dernière année pendant que Denis Lebel demeurait les bras croisés. Les néo-démocrates reprochent au député de Lac-Saint-Jean d'avoir retourné dans les coffres de l'État 130 M$ de crédits qui auraient normalement dû servir à soutenir l'industrie forestière.

La réponse du NPD à cette décision du gouvernement conservateur est de promettre une enveloppe d'un peu plus de 100 M$ pour supporter la transformation de l'industrie et la recherche ainsi qu'une stratégie pour développer des nouveaux marchés. Selon Dany Morin, le NPD est la formation politique qui consacre le plus d'argent pour le secteur forestier au Canada.

Malgré les critiques soulevées à l'intérieur du parti contre le chef Thomas Mulcair qui a laissé filer une avance insurmontable en début de campagne, les candidats NPD de la région sont toujours convaincus que leur formation politique est la seule qui possède l'expérience nécessaire pour former le prochain gouvernement et remplacer Stephen Harper. Dany Morin a soutenu devant les membres du Cercle de presse que sa formation politique sera en mesure de diriger le pays pour tous les Canadiens et non seulement pour les grandes centrales syndicales et autres groupes de pression dont les intérêts ne correspondent pas toujours à ceux du Québec.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer