Diminution de l'appui aux néo-démocrates dans jonquière

Pettersen se faufile au second rang

Marc Pettersen, du Parti libéral du Canada, Karine... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

Marc Pettersen, du Parti libéral du Canada, Karine Trudel, du Nouveau Parti démocratique, Ursula Larouche, du Parti conservateur du Canada, et Jean-François Caron, du Bloc québécois,  lors du débat du 16 septembre dernier.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le deuxième volet du sondage Segma-Le Quotidien/Énergie-Rouge FM présente aujourd'hui les résultats obtenus dans la circonscription de Jonquière. Hier, dans les pages du Quotidien, les données du sondage dans Chicoutimi-Le-Fjord ont été publiées. Demain, ce sera au tour de la circonscription de Lac-Saint-Jean.
Même si la candidate néo-démocrate Karine Trudel reste première dans les intentions de vote dans Jonquière, la réduction de son avance confirme le recul de son parti dans les sondages nationaux. Le Parti libéral, représenté par le conseiller municipal Marc Pettersen, profite de cette perte d'électeurs pour se faufiler en deuxième position.

« Les résultats dans Jonquière sont presque un copier-coller de ceux dans Chicoutimi-Le-Fjord », expose le président de Segma Recherche Raynald Harvey. Les deux candidats du NPD gardent leur avance avec 33 % des intentions de vote, mais celle-ci a diminué de moitié.

« La différence, c'est qu'au lieu de se répartir parmi les trois autres principaux candidats comme cela a été le cas pour Dany Morin, à peu près tout ce qu'a perdu Karine Trudel est allé à Marc Pettersen », poursuit le spécialiste en sondages. Celui qui est conseiller municipal à Chicoutimi-Nord a récolté six points de plus que lors du dernier coup de sonde le 20 septembre, ce qui peut être en partie attribué à son arrivée tardive dans la campagne électorale.

« C'est sûr qu'il partait de plus loin. En septembre, on ne savait même pas son nom au début du sondage, illustre M. Harvey. Marc Pettersen a pu profiter de sa notoriété sur la rive nord du Saguenay, avec son dossier fétiche d'un deuxième pont. Cela l'amène au coude à coude avec le NPD à l'extérieur de l'arrondissement Jonquière. Mais il va devoir sortir un autre lapin de son chapeau s'il veut brouiller les cartes. »

En effet, le redécoupage électoral, qui inclut cette année les municipalités au nord de la rivière Saguenay dans la circonscription jonquiéroise, a donc avantagé le candidat libéral. « L'arrondissement reste ce qui pèse le plus lourd dans la balance, il va devoir travailler là-dessus. Pour les résidants de Jonquière, la venue d'un deuxième pont a peu d'impacts », nuance Raynald Harvey, qui croit que le vote stratégique pourrait aussi aider Marc Pettersen en raison des sondages nationaux.

Même si les électeurs de Jonquière penchent maintenant pour un gouvernement minoritaire à 73,3 % au lieu de 66 %, le président de Segma Recherche n'écarte pas une majorité libérale en raison de la forte poussée du parti en Ontario. « C'est là que ça va se jouer. »

Avec 34,2 % d'appuis qui peuvent encore changer, le jeu est loin d'être terminé. Ursula Larouche du Parti conservateur et Jean-François Caron du Bloc québécois, qui arrivent respectivement en troisième et quatrième position à la question « Si les élections fédérales avaient lieu aujourd'hui, pour qui voteriez-vous ou seriez-vous tenté de voter? », sont toujours dans la course selon Raynald Harvey. Carmen Budilean du Parti vert et Marielle Couture du Parti Rhinocéros sont bonnes dernières.

« Karine Trudel doit avoir hâte que le vote du 19 octobre arrive! La tendance reste à la baisse et la division du vote est sa meilleure amie. L'aspect positif est qu'elle est soutenue par des gens scolarisés, qui ont plus tendance à aller voter. »

Autre particularité des partisans du NPD, 60 % d'entre eux croient encore aux chances de leur parti pour former le prochain gouvernement alors que l'ensemble des répondants de Jonquière penche plutôt pour les libéraux à 31,7 % ou les conservateurs à 27 %.

Raynald Harvey souligne la tendance de la population à être moins fidèle à ses marques en marketing, ce qui se traduit aussi envers les partis en politique.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer