Première consultation citoyenne de l'ERD

La conseillère municipale Josée Néron (au centre) a... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

La conseillère municipale Josée Néron (au centre) a animé la consultation, épaulée de la conseillère Christine Boivin et de Nadia Bergeron, responsable de la recherche à l'ERD.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Quelque 25 personnes ont partagé leurs attentes quant au prochain budget municipal, hier, dans le cadre d'une première soirée de consultation citoyenne de l'Équipe du renouveau démocratique (ERD).

Réunis au Sous-Bois de Chicoutimi, les citoyens ont échangé autour de quatre grands thèmes : le service aux citoyens, les investissements en infrastructures, le développement économique et la vision d'avenir de Saguenay. Pour chaque catégorie, les participants se regroupaient en petites équipes pendant une dizaine de minutes, puis un porte-parole partageait les réflexions, les critiques et les solutions de son groupe.

Concernant les services aux citoyens, plusieurs dossiers ont été évoqués comme étant problématiques, dont le déneigement des trottoirs, l'inexistence de bacs bruns (compostage), la faible sous-traitance et le service d'évaluation municipal. «Il n'y a pas assez de sous-traitance, et la Ville possède trop d'équipements. Il y a de l'argent à sauver là», a lancé un participant.

«Le seul but de la ville par le service d'évaluation est de faire payer les citoyens. On a voulu contester, et ils ont ri de nous. C'est un conflit d'intérêts flagrant», a dénoncé un second citoyen.

L'initiative vise à dresser une liste de propositions en vue du prochain budget municipal. En plus de tenir des soirées de consultation, l'ERD rencontre des organismes de différents horizons. «On a rencontré quatre organismes aujourd'hui (hier) et on poursuit demain et jeudi. C'est très intéressant. Les gens ont vraiment adoré pouvoir parler du budget et des structures. Il faut prendre le temps d'échanger, de se connecter avec le milieu. C'est une démarche gagnant-gagnant», a fait valoir la conseillère municipale Josée Néron. Les citoyens sont aussi sondés sur les médias sociaux.

«Il y a encore des endroits où on peut faire des économies. Il faut trouver comment faire mieux avec le même montant d'argent. Aussi, c'est l'occasion de se réaligner, de s'assurer d'une concordance, d'être certain de ramer dans le bon sens, sur une base annuelle plutôt qu'aux quatre ans», a ajouté l'échevine.

Par l'entremise de la conseillère désignée, le parti d'opposition officielle de Saguenay va présenter un condensé des idées applicables au conseil municipal. Le processus du budget participatif a déjà fait ses preuves ailleurs en province, estime-t-elle. «C'est un mouvement qui est apparu à travers le monde. Ici, au Québec, il est apparu à Saint-Basile-le-Grand. Des villes comme Gatineau, Sherbrooke et Québec ont adopté ce processus par des politiques de consultation citoyenne. À Saguenay, on n'a rien de tout ça», a-t-elle précisé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer