Desjardins vient prêter main-forte aux Serres Toundra

Stéphane Achard de Desjardins, Caroline Fradet et Éric... (Photo Le Quotidien, Louis Potvin)

Agrandir

Stéphane Achard de Desjardins, Caroline Fradet et Éric Dubé des Serres Toundra ont annoncé un partenariat financier de plusieurs millions de dollars

Photo Le Quotidien, Louis Potvin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Desjardins boucle le montage financier des Serres Toundra de Saint-Félicien en accordant un prêt de plusieurs millions de dollars.

De hauts dirigeants de la coopérative étaient au Boréalium du Zoo sauvage hier pour sceller ce partenariat d'affaire pour ce projet de complexe de serres de concombre dont la première phase nécessite un investissement de 35 M$. «La qualité des promoteurs, la solidité du plan d'affaires et l'ensemble des partenaires liés au projet nous ont convaincus de nous associer aux Serres Toundra», a signifié Stéphane Achard, 1er vice-président Entreprises, Services des cartes et Monétique.

Bien que le domaine de la production en serres a connu des difficultés au Québec au cours des derniers mois, Desjardins a malgré tout décidé d'aller de l'avant. «Desjardins investit beaucoup dans l'agriculture. Nous investissons plus que les six plus grandes banques du Canada réunies. C'est sûr qu'avant d'investir l'argent des épargnants, on évalue la qualité du projet et son niveau de risque surtout dans un cas de démarrage d'entreprise. Les difficultés dans les serres ont été dans d'autres sphères de production. Nous sommes convaincus que les Serres Toundra vont être un succès commercial», a-t-il souligné. Le fait qu'Investissement Québec accorde une garantie de prêt de 25 M$ a aidé à l'implication de Desjardins. Par ailleurs, la présence de Produits forestiers Résolu dans le portait - la multinationale détient 40% de Serres Toundra - ajoute à la crédibilité du projet, selon Desjardins.

À ce sujet, un des promoteurs, Éric Dubé, a indiqué que la promiscuité avec l'usine a permis de faire épargner 3 M$ pour l'installation d'une sous-station électrique.

Échéancier

Selon les promoteurs Éric Dubé et Caroline Fradet, les premiers concombres devraient être livrés dans les IGA du Québec à la fin septembre 2016.

Le bassin d'entreposage d'eau d'arrosage est pratiquement complété. Les fondations de la salle d'emballage vont se terminer dans quelques semaines. Sa construction va s'amorcer par la suite.

La salle d'emballage devrait être complétée le 21 décembre.

C'est le 1er avril que les serres commenceront à être érigées, pour un début de production le 1er septembre.

Main-d'oeuvre

L'entreprise ne pense pas avoir de problème à recruter de la main-d'oeuvre. Il n'est pas dans les plans de se tourner vers les travailleurs mexicains. «Ce n'est pas l'objectif. Notre vision est d'embaucher des gens de la région dont 90% seront pour des postes de cueilleurs. L'avantage, c'est que nous offrons un travail à l'année. Nous avons déjà reçu plusieurs CV», a mentionné Caroline Fradet. Déjà, des personnes ont été embauchées pour faire partie de l'équipe de culture. Pour la première phase, Serres Toundra va créer une centaine d'emplois. Ce nombre pourrait atteindre 400, si les quatre phases évaluées à 100 M$ se concrétisent.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer