La ferme ALY Blackburn incendiée

Le troupeau de vaches a été complètement décimé... (Photo Le Quotidien, Laura Lévesque)

Agrandir

Le troupeau de vaches a été complètement décimé dans l'incendie.

Photo Le Quotidien, Laura Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

Six mois après avoir échappé à la mort lors d'une chute dans un silo à grains, Patrice Garneau vient de voir sa ferme laitière de Métabetchouan-Lac-à-la-Croix partir en fumée.

L'agriculteur, qui a acheté la ferme ALY Blackburn... (Photo Le Quotidien, Laura Lévesque) - image 1.0

Agrandir

L'agriculteur, qui a acheté la ferme ALY Blackburn il y a un peu plus d'un an, travaillait sur ses terres lorsqu'il a aperçu la fumée. Lui et un travailleur ont tenté de sauver les bêtes, mais ils n'ont rien pu faire.

Photo Le Quotidien, Laura Lévesque

L'incendie a fait revivre de douloureux souvenir à... (Photo Le Quotidien, Laura Lévesque) - image 1.1

Agrandir

L'incendie a fait revivre de douloureux souvenir à Laurent Boudreault, qui demeure non loin des lieux. Il y a 39 ans, presque jour pour jour, sa ferme laitière était la proie des flammes.

Photo Le Quotidien, Laura Lévesque

Plus d'une centaine de vaches ont péri dans l'incendie qui a éclaté hier matin, dans les installations situées sur la route 169.

L'agriculteur, qui a acheté la ferme ALY Blackburn il y a un peu plus d'un an, travaillait sur ses terres lorsqu'il a aperçu la fumée. Lui et un travailleur ont tenté de sauver les bêtes, mais ils n'ont rien pu faire.

«Le bâtiment était rempli de fumée. On ne pouvait pas y aller. Patrice a couru pour voir s'il pouvait sauver les vaches. Mais c'était impossible, c'était trop dangereux, c'était trop tard», raconte Clément Fortin, qui travaillait à la ferme, hier matin.

La fille d'Yvon Blackburn, ancien propriétaire, s'est littéralement effondrée en larmes en voyant les flammes sortir de la ferme familiale. Plusieurs amis agriculteurs se sont aussi rués sur les lieux.

Quelques jours après l'entente de principe sur le Partenariat transpacifque, les producteurs laitiers tenaient à se montrer solidaires envers l'un des leurs. «Ça fait mal de voir ça. Si c'était ma ferme, je serais en larmes en ce moment», exprime Michel Villeneuve, ancien propriétaire d'une ferme laitière qui travaille aujourd'hui pour un autre agriculteur.

«C'est tellement triste ce qui arrive. En plus, ça arrive à Patrice, un travaillant et un passionné. Ce n'est pas son année de chance. Mais heureusement, il n'a pas été blessé. Il a quand même passé près de la mort récemment», ajoute un agriculteur de Chambord, rappelant la chute survenue en mars dernier dans un silo.

L'incendie a fait revivre de douloureux souvenir à Laurent Boudreault, qui demeure non loin des lieux. Il y a 39 ans, presque jour pour jour, sa ferme laitière était la proie des flammes.

«Ça rappelle des souvenirs. Le 6 octobre 1976, ma ferme était en flammes. C'était en pleine nuit. Un ventilateur à foin était tombé et avait brisé un fil du même coup. C'est ce qui avait causé l'incendie. Voir ça aujourd'hui, ça fait toujours mal. Oui, on a des assurances, mais ça ne paye pas tout ce qu'on perd et tout le travail qui a été mis dans une ferme», a-t-il laissé tomber.

Bouleversé par les événements, le propriétaire a préféré ne pas commenter l'incendie. Le Quotidien n'a pas voulu insister, étant donné les circonstances.

Ce dernier exploite depuis 2014 cette ferme laitière. Il travaillait à cet endroit depuis plus 12 ans. Yvon Blackburn, qui n'avait pas de relève, a donc vendu sa ferme à son employé.

Une trentaine de pompiers ont combattu les flammes, hier, pendant plusieurs heures.

«À l'arrivée sur les lieux, il y avait un embrasement généralisé dans l'un des bâtiments. Alors on a fait la protection des autres bâtiments. Mais le premier bâtiment était perte totale. On n'a rien pu faire pour sauver les bêtes», a précisé Ted Ratté, du Service des incendies d'Alma, alors que les pompiers arrosaient toujours l'un des bâtiments.

Ce dernier n'a pas pu confirmer le nombre exact de vaches qui se trouvaient dans l'étable qui s'est affaissée sous les flammes en moins d'une heure. Un pompier en plein travail, s'est faufilé dans un des coins du bâtiment pour sauver un chat. «J'entendais miauler. On n'a pas pu sauver les vaches. Mais je ne pouvais pas laisser le chat à cet endroit», a dit le pompier, en donnant rapidement l'animal aux autres agriculteurs, avant de repartir rapidement éteindre des flammes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer