La région doit être plus ouverte aux projets

Cri du coeur de François Gagné

Le président de la Chambre de commerce du... ((Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque))

Agrandir

Le président de la Chambre de commerce du Saguenay, François Gagné, était de passage dans les bureaux du Quotidien, cette semaine.

(Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patricia Rainville
Le Quotidien

«Avant de monter aux barricades et dire non, est-ce qu'on pourrait regarder les projets intelligemment?» Le président de la Chambre de commerce du Saguenay, François Gagné, estime que l'acceptation sociale est l'un des principaux enjeux aux yeux des investisseurs. Mais, qu'en région, on a tendance à dire non avant même de connaître les grandes lignes d'un nouveau projet.

Un cri du coeur du président, qui demande à la population de s'approprier davantage le développement économique.

«Je me suis rendu compte qu'ici, au Saguenay, on monte rapidement aux barricades. On dit non avant même de regarder et comprendre le projet. On devrait plutôt dire oui et se donner la possibilité de dire non après en avoir pris connaissance. L'acceptation sociale est très importante aux yeux des investisseurs et la situation politique aussi. Ça fait peur, pour les investisseurs étrangers, de voir des opposants avant même que le projet ne soit présenté», a affirmé le président de la Chambre de commerce du Saguenay, lors d'une entrevue éditoriale accordée au Quotidien, plus tôt cette semaine.

François Gagné donne en exemple le projet d'Arianne Phosphate, qui a rencontré son lot de contestataires lors des audiences du BAPE, au printemps dernier.

«Nous avons la réputation d'être une région très syndicaliste. Et, presque dans tous les cas, on dit non immédiatement. Ce n'est pas une très bonne note à notre dossier. Il serait temps de se doter d'une vision d'avenir, parce que ça ne va pas très bien économiquement dans la région. Et nous avons besoin de grands projets», a fait valoir François Gagné.

«Nous sommes capables de bâtir de grands projets dans la région, le passé nous l'a démontré. Et des projets de plusieurs milliards comme ceux d'Arianne Phosphate et de GNL sont essentiels pour l'emploi régional», a ajouté le président, qui attend d'ailleurs des nouvelles positives d'Arianne Phosphate au cours des prochaines semaines.

«Certains croient que le projet est mort puisque nous n'en entendons plus parler depuis quelque temps, mais c'est faux. La compagnie s'active présentement à répondre aux questions du ministère à la suite des audiences du BAPE et nous attendons le rapport très bientôt. Mais les informations sont très bonnes et il faut que ça décolle avant le mois de décembre», a indiqué François Gagné.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer