Marche des femmes: l'égalité un pas à la fois

Plus d'une centaine de personnes ont marché dans... (Photo Le Quotidien, Laura Lévesque)

Agrandir

Plus d'une centaine de personnes ont marché dans les rues d'Alma, hier, pour sensibiliser la population aux inégalités qui persistent entre les hommes et les femmes.

Photo Le Quotidien, Laura Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

Plus d'une centaine de personnes ont participé au grand Rassemblement régional de la Marche mondiale des femmes, hier à Alma. Organisée par Récif 02 et le Mouvement des femmes, cette manifestation pacifique a pour but de sensibiliser la population aux inégalités qui existent toujours entre les hommes et les femmes. La Caravane des résistances et solidarités féministes, qui fait actuellement le tour du Québec, était de passage au Lac-Saint-Jean pour écouter les préoccupations des femmes de la région.

«Il y a deux grosses préoccupations ici. D'abord la pauvreté. Pour chaque dollar gagné par un homme, le salaire moyen des femmes de la région, c'est 0,62$. On est aussi au dernier rang quant à la présence des femmes dans les instances et lieux décisionnels avec un maigre 27% des conseillers municipaux et 12% des maires. Il y a seulement six femmes mairesses dans toute la région», pointe Audrey Villeneuve, porte-parole du mouvement des femmes et coordonnatrice chez Récif 02.

Cette dernière a également profité de la marche pour réclamer à nouveau l'élection au suffrage universel de tous les préfets des MRC. «Plutôt qu'ils s'élisent entre eux après les élections municipales, on voudrait offrir l'opportunité à tous et à toutes», ajoute-t-elle.

Présent à la marche, le candidat bloquiste Sabin Gaudreault a profité de l'occasion pour condamner «l'inaction» du gouvernement conservateur à l'égard des disparitions et des assassinats de femmes autochtones et la décision d'éliminer le financement du groupe Soeurs par l'Esprit, qui travaillait à recenser les femmes autochtones disparues. «Je ne comprends pas comment Denis Lebel peut soutenir son chef, Stephen Harper, qui fait preuve d'une insensibilité totale», estime le candidat.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer