Races interdites et amendes salées à Desbiens

«Je pense qu'il est temps de faire une... (Archives Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Agrandir

«Je pense qu'il est temps de faire une action pour sécuriser notre population», a commenté le maire de Desbiens, Nicolas Martel.

Archives Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

Les Desbienois qui possèdent un pitbull ou un rottweiler disposent de trois mois pour s'en débarrasser. Les élus viennent d'adopter un nouveau règlement interdisant la présence de ces races sur son territoire. Une décision prise pour assurer la sécurité des citoyens, explique le maire Nicolas Martel.

«On ne veut pas courir de risque. Il y a eu des histoires terribles avec ces types de chiens. Notamment cette fillette qui a été défigurée par un pitbull cet été. Il y a 450 morsures de chien par année au Québec. C'est énorme. Je pense qu'il est temps de faire une action pour sécuriser notre population», estime le maire, qui ne pouvait confirmer le nombre de pitbulls ou rottweilers sur son territoire.

Le nouveau règlement se montre également plus sévère envers les propriétaires canins. Ceux qui omettent de ramasser les besoins de leur chien et qui sont pris en flagrant délit recevront une amende de 250$, et ce, dès la première offense. Pour les gens qui ne tiennent pas leur animal en laisse dans un endroit public et fréquenté, l'amende grimpe à 500$. Et si le chien, peu importe la race, mord une personne, le propriétaire devra payer 1000$ à la municipalité en plus de se voir dans l'obligation d'euthanasier son animal dans les 48 heures suivant l'accident.

Ces nouvelles mesures font suite à de nombreuses plaintes formulées par des citoyens, explique Nicolas Martel.

«Il y a eu plusieurs plaintes en ce sens. Bon nombre de propriétaires canins allaient, par exemple, faire courir leur chien sur le terrain de soccer ou au parc pour enfants, mais ils ne ramassaient pas les excréments. C'est très désagréable pour les jeunes qui vont jouer à ces endroits. On a envoyé plusieurs avis, dans l'info-journal local, pour inviter les propriétaires à faire preuve de civilité. C'est dommage qu'on doive passer un règlement pour une minorité qui se comporte mal. Mais on est rendu là», déplore M. Martel.

La municipalité sollicite également l'aide de la population pour identifier les propriétaires récalcitrants. Les gens sont invités à prendre en photo les gens qui ne respectent pas le règlement.

Plusieurs municipalités du Québec ont adopté des règlements proscrivant les pitbulls sur leur territoire, notamment à Thurso, dans l'Outaouais. Mais les gens qui possédaient l'animal avant la création du règlement ont pu le garder, sous certaines conditions.

Dans la région, Saguenay et Dolbeau-Mistassini interdisent également tout chien de race bull-terrier, staffordshire bull-terrier, american bull-terrier (pitbull) ou american staffordshire terrier. Mais également tout chien hybride issu d'un de ces chiens et tout autre de race croisée qui possède des caractéristiques substantielles d'un chien d'une de ces races.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer