Agrandissement du site d'entreposage des boues rouges

Une masse de citoyens inquiets

Rio Tinto Alcan a présenté hier à plus... ((Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque))

Agrandir

Rio Tinto Alcan a présenté hier à plus de 300 citoyens d'Arvida son plan pour « donner un futur à l'Usine Vaudreuil au-delà de 2022 ».

(Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Rio Tinto Alcan a présenté hier à plus de 300 citoyens d'Arvida son plan pour « donner un futur à l'Usine Vaudreuil au-delà de 2022 ». La première phase du projet consiste à augmenter de 30 mètres de hauteur le point le plus élevé du site de résidus de bauxite (lac de boues rouges).

Un nouveau site de résidus serait également créé, sur les terrains qui appartiennent à RTA, près du dépôt actuel. Ce nouveau site aurait une dimension de 110 hectares et serait situé à au moins 500 mètres des résidences du quartier Panoramique à Chicoutimi et des rues Fraser et des Carcajous. Cette seconde phase permettrait de prolonger la durée de vie de Vaudreuil jusqu'en 2047, selon les estimations de l'entreprise. La survie de l'usine est actuellement compromise puisque son site de disposition des résidus de bauxite arrive à sa pleine capacité.

Le projet repose sur la mise en place d'une toute nouvelle technologie, la filtration industrielle, qui consiste en l'assèchement des résidus de bauxite. Une usine de filtration serait construite entre le site actuel de résidus (lac de bauxite) et le futur site.

Hier soir, à l'hôtel Delta, de nombreux citoyens se sont inquiétés des effets de la création d'un nouveau site de résidus et de l'augmentation de la hauteur du site actuel. Des enjeux reliés à l'environnement, à la santé, à la pollution visuelle et à la sécurité, en outre, ont été à maintes reprises soulevés. Les citoyens de la rue Hébert ont été particulièrement nombreux à se présenter au micro. « Nous sommes écoeurés du bruit! On dirait que j'habite dans une mine », a dit l'un d'eux. « Quand il y aura de grands vents, avec des résidus d'une telle hauteur, nous allons tous recevoir de la bauxite dans nos maisons », s'est inquiété un autre.

RTA a par ailleurs assuré ne pas avoir besoin de faire des expropriations dans le cadre de ce projet. Le directeur de l'Usine Vaudreuil, Jean-François Nadeau, a expliqué que 1000 emplois directs sont liés à la survie de cette usine. L'usine de fluorure et l'Usine de produits chimiques hydrates fermeraient advenant la fermeture de Vaudreuil. Le nombre d'employés à l'Usine de traitement de la brasque et à Roberval-Saguenay pourrait diminuer de manière considérable. Vaudreuil représente 135M$ en retombées économiques dans la région, selon les informations fournies par l'entreprise. Cette usine est la seule qui extrait l'alumine de la bauxite au Canada. Elle reçoit sa bauxite du Brésil et de la Guinée.

Option Laterrière

Plusieurs citoyens ont mentionné que le site de résidus de Laterrière devrait être utilisé, ce qui ferait en sorte qu'il ne serait pas nécessaire d'en créer un deuxième, à Arvida. Jean-François Nadeau a expliqué que le projet a été évalué, mais des contraintes environnementales, technologiques et économiques font en sorte qu'il n'est pas le projet choisi par RTA.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer