Norme environnementale FSC

Le maire Potvin interpelle Couillard

Le maire de Saint-Félicien, Gilles Potvin, propose que... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

Le maire de Saint-Félicien, Gilles Potvin, propose que le gouvernement du Québec développe ses propres normes environnementales de certification dans l'industrie forestière.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Le maire de Saint-Félicien Gilles Potvin propose que les compagnies forestières de la région délaissent la norme environnementale FSC et que le gouvernement du Québec développe sa propre certification.

«Je pense que nous sommes rendus là. Je considère que notre député (Philippe Couillard) doit faire la réflexion, car il semble impossible de maintenir cette norme qui selon moi est dépassée. Je pense que la foresterie québécoise est encore plus évoluée que les principes soutenus par FSC. On ne peut pas que laisser faire la nature. Certaines recherches du Consortium sur la forêt boréale prouvent que des interventions donnent de bons résultats pour rendre des secteurs improductifs productifs. Il faut tenir compte de la science et de l'avancement des pratiques forestières», estime le maire.

Il propose donc que le Québec se dote de sa propre certification environnementale. «C'est nous qui imposerions maintenant les plus hauts standards au niveau de la foresterie mondiale. On ne se laisserait plus imposer une norme qui est 20 ans en retard», tranche-t-il.

Gilles Potvin fait cette proposition à la suite de la décision de Kimberly-Clark de ne plus acheter de pâte de l'usine félicinoise. Cette nouvelle l'inquiète, mais pas outre mesure. «Je sais que l'usine va bien, qu'elle a des clients et que la qualité de sa pâte est toujours recherchée et appréciée. C'est certain que ce n'est jamais agréable d'apprendre que Produits forestiers Résolu perd des clients à cause des pressions des groupes environnementalistes», déclare-t-il.

Il est donc exacerbé par l'attitude de certains groupes environnementaux comme Greenpeace qui attaque les pratiques forestières de Résolu. «Ce sont des attaques déloyales, malhonnêtes et non fondées. Il faut que ça arrête! Il faudra peut-être passer par l'abandon de FSC. Les zones de protection auront des effets néfastes sur nos localités et notre économie. Nous allons voir quel courage politique a notre député», lance le magistrat.

Serres Toundra

Gilles Potvin indique que le projet des Serres Toundra n'est pas en danger même si l'usine de pâte devait tourner au ralenti. Le complexe de serres doit utiliser les rejets thermiques de l'usine de Résolu. «Les serres disposent d'un système de chauffage d'appoint en cas d'arrêt de l'usine. Aussi, comme Résolu a un contrat à long terme avec Hydro-Québec pour produire de l'électricité la centrale de cogénération devra continuer à fonctionner. De toute façon, ça ne m'inquiète pas, l'usine de pâte fabrique trop un bon produit pour se retrouver en danger», affirme optimiste Gilles Potvin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer