Trois livres, un même univers pour Stéphanie Lapointe

Stéphanie Lapointe, Chloé Varin et Simon Boulerice (absent... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Stéphanie Lapointe, Chloé Varin et Simon Boulerice (absent sur la photo) proposent aux jeunes lecteurs une série intitulée Casting et mettant en vedette trois jeunes qui souhaitent obtenir un rôle dans un nouveau film.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

Le film le plus attendu de l'année. Trois jeunes qui souhaitent y décrocher un rôle. Trois histoires racontées par autant d'auteurs. Avec la collection Casting, Stéphanie Lapointe, Chloé Varin et Simon Boulerice proposent trois romans qui s'entrecroisent. Une série pour les jeunes imaginée par des auteurs qui ont vécu l'expérience des plateaux de tournage.

«J'avais envie de travailler sur le milieu du cinéma. Les romans racontent l'histoire de trois jeunes acteurs qui se retrouvent sur un même plateau», décrit Chloé Varin. L'auteure, comme ses collègues, connaît bien le milieu. Enfant, elle a joué au petit écran.

Simon Boulerice est à la fois comédien, dramaturge, metteur en scène et écrivain.

Pour sa part, après avoir remporté la deuxième édition de Star Académie, Stéphanie Lapointe a joué autant au grand qu'au petit écran.

«Je suis heureuse de ce projet. J'en ai long à dire sur le sujet et j'avais envie d'y réfléchir.»

Les romans s'adressent aux jeunes âgées de 11 à 15 ans. Ils peuvent les lire dans l'ordre qui leur convient.

Certaines scènes se recoupent, mais l'essentiel de chaque roman est unique.

Victoria, le personnage imaginé par Stéphanie Lapointe, espère décrocher le rôle pour vivre le rêve de sa mère en phase terminale.

Victor, un enfant vedette, vit la quête de l'acceptation de son homosexualité. Charlotte, qui vient de la campagne, s'est laissée convaincre de s'inscrire aux auditions sans réellement en avoir envie. Tous trois deviendront liés.

Écrire des histoires qui s'entrecroisent nécessite tout un travail de collaboration pour les auteurs. «Il a fallu créer un univers ensemble. On a même monté un calendrier commun afin d'éviter les incohérences de temps», explique Chloé Varin, à qui l'on doit également la série jeunesse Planches d'enfer!

Stéphanie Lapointe dans son élément

D'abord connu pour la chanson, puis en tant qu'actrice, Stéphanie Lapointe fait sa place à titre d'auteure. Une nouvelle corde à son arc qui lui procure le sentiment d'être en plein où elle doit être.

En plus de Victoria, Stéphanie Lapointe propose Grand-père et la lune, un roman graphique qui reçoit un accueil des plus chaleureux depuis sa sortie il y a une semaine à peine. Le livre publié chez HMH a été réalisé en collaboration avec Rogé, illustrateur qui a remporté un New York Times Award il y a peu de temps.

«J'ai la piqûre», confirme-t-elle les yeux brillants. «C'est beaucoup de travail, mais ça vaut la peine. En même temps, ç'a été facile. Il y a des choses dans la vie pour lesquelles on a moins besoin de ramer. Je suis sur mon X. Quand j'écris ça, je me sens bien», affirme-t-elle.

«Le roman graphique, c'est un genre qui vient du coeur, où il n'y a pas de règle. Grand-père et la lune, c'est la réflexion sur deux générations, celle de mon grand-père et la mienne. C'est l'histoire d'une petite fille qui participe à un concours pour gagner un voyage sur la lune, une métaphore du moment où j'ai fait Star Académie.»

L'écriture fait partie de la vie de la jeune femme depuis longtemps. Après avoir couché ses mots sur des notes, Stéphanie Lapointe préfère maintenant écrire des histoires.

«Je ne me vois pas comme une auteure-compositrice, mais plutôt comme une interprète. Ce que moi j'ai envie de faire comme musique, ce n'est pas la musique que je suis capable de composer», affirme-t-elle en toute honnêteté.

Voilà pourquoi elle a fait appel à des collaborateurs pour son dernier album, Les amours parallèles.

«L'écriture de livre et de chansons, c'est deux choses différentes. Écrire des livres me permet de m'exprimer et de faire la paix avec le disque. Ça me permet de m'ouvrir à la collaboration, de laisser entrer la plume des autres. Sur mon dernier disque, j'avais envie de travailler avec des gens que j'admire, des auteurs-compositeurs-interprètes qui font ça dans la vie. J'ai été chanceuse que ces gens acceptent. Ça aurait été triste sinon, parce que sans eux, je n'aurais pas eu de chansons à chanter.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer