Marilyn Bédard: celle par qui la mode évolue

Marilyn Bédard a contribué de plusieurs façons à... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Marilyn Bédard a contribué de plusieurs façons à dynamiser le milieu de la mode à Saguenay, notamment par la création de l'événement mode Panache.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

Les fashionistas de la région en doivent une à Marilyn Bédard. Si la mode occupe une place grandissante à Saguenay, c'est en partie grâce à la jeune femme qui, en plus de tenir un blogue sur le sujet, est derrière Panache, un événement unique qui permet à Saguenay de faire sa marque dans le milieu. Une histoire de vision, mais surtout de passion.

En deux ans, Marilyn Bédard est parvenue à faire défiler à Saguenay les créations de designers reconnus tels que Denis Gagnon, Marie Saint-Pierre, Ève Gravel, Mélissa Nepton, Bodybag et plusieurs autres. Du jamais-vu en dehors des grands centres au Québec.

La première édition de Panache a bien fonctionné. La deuxième, qui vient de se conclure, a confirmé la place de l'événement mode dans la programmation événementielle à Saguenay. Témoignage de la qualité de l'événement, en plus des designers qui répondent présents, des blogueurs et adeptes de la mode commencent à venir d'ailleurs pour y prendre part.

Il y a quelques années, Marilyn Bédard et Robert Hakim, des Productions Hakim, ont lancé l'idée de tenir un événement mode à Saguenay. «Cette idée n'était pas tombée dans l'oreille d'un sourd», affirme Marilyn Bédard en souriant. «Après deux ans d'attente, je suis allée voir Robert pour lui dire qu'il était temps de le faire. Je l'avais en tête.»

L'équipe a sauté à pieds joints dans l'aventure.

«Je me suis lancée là-dedans naïvement», raconte celle qui a misé sur ses contacts pour approcher les designers. «J'ai contacté les designers. Certains me connaissaient un peu grâce au blogue. Ils ont accepté.»

À sa grande satisfaction, la première édition a répondu aux attentes.

«Ç'a été un beau succès critique et auprès des designers qui ont vraiment aimé l'idée et le site.»

Pour la deuxième édition de l'événement, Marilyn Bédard a assumé le rôle de directrice artistique. «Je m'occupais des modèles, des vêtements, de l'habillage, de tout ce qui se passe en arrière-scène», énumère-t-elle. «J'étais très bien entourée.»

Les designers ont aussi répondu présents. «Cette année, ceux qui ne sont pas venus, ce n'était pas à cause d'un manque d'intérêt, mais en raison de conflits d'horaire.»

La population a aussi confirmé son intérêt pour la mode. Les deux soirées de défilé de Panache ont affiché complet.

Une situation qui pousse la jeune entrepreneure à voir encore plus grand pour la troisième édition de l'événement mode. «C'est certain qu'on va augmenter le nombre de places ou de jours. Chaque année, on veut amener des nouveautés. On veut que Panache continue de grossir. Les possibilités sont infinies. On va voir jusqu'où on peut aller.»

Créer l'emploi de rêve sans quitter la région

Marilyn Bédard n'est pas du type à attendre que les choses se passent. Passionnée de mode et déterminée à demeurer en région, au fil des projets, elle est parvenue à créer l'emploi dont elle rêvait.

La passion de la mode est arrivée très tôt dans la vie de Marilyn Bédard. Enfant, elle se souvient avoir feuilleté les livres Archie pour s'inspirer des «looks» de Betty et Veronica.

La mode a même teinté ses projets au cours de ses études en arts. «Mes projets s'orientaient de plus en plus vers la mode. Mon projet de fin de Bac s'intitulait Collection 2012.»

Elle a participé au concours Fashionista de Place du Royaume. «Je n'ai pas gagné, mais j'ai commencé à collaborer avec Place du Royaume par la suite.»

Puis en mai 2012, elle a lancé le blogue Je m'habille chez nous.

«Je voyais qu'il y avait un manque. Je me suis dit qu'il y avait de la place pour un blogue et que j'allais le faire moi-même. Pour que ça bouge et aussi pour faire connaître ce qui se fait en mode dans la région. J'avais le goût de vivre ma passion ici.»

La page Facebook de Je m'habille chez nous compte près de 5800 fans. Le blogue a fait naître plusieurs projets.

Marilyn Bédard a notamment animé une chronique mode avec Marie-Christine Bernard sur les ondes de MaTv et collaboré au magazine CVs. Elle coproduit et anime un nouveau magazine mode sur les ondes de MaTv.

Celle qui effectue actuellement un certificat en marketing aimerait maintenant être en mesure d'organiser des activités mode en région tout au long de l'année. «Il y a beaucoup de talent, les gens sont mordus de la mode. J'aimerais que les designers s'installent ici. On est loin de Montréal. S'il y a ce qu'il faut ici, les gens n'auront plus besoin de s'y rendre.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer