Ursula Larouche

Un visage de plus en plus familier

La candidate Ursula larouche affirme recevoir un accueil... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

La candidate Ursula larouche affirme recevoir un accueil poli de la part des familles lorsqu'elle fait son porte-à-porte. Il n'est donc pas si vrai de dire que les gens ne s'intéressent pas à la politique.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ursula Larouche avait tout à gagner d'une très longue campagne électorale puisque cette biologiste de formation partait avec un certain handicap de visibilité par rapport à ses opposants. Elle constate jour après jour que son visage devient de plus en plus familier pour les électeurs et profite de cette expérience extraordinaire que lui procurent des centaines de contacts humains.

La candidate conservatrice dans Jonquière avait donné rendez-vous au Quotidien dans le quartier commercial d'Arvida pour une tournée des commerces. Un exercice qu'elle répète le plus souvent possible puisque le porte-à-porte traditionnel dans les résidences est habituellement concentré en début de soirée.

«Ursula Larouche, candidate conservatrice. Un dépliant pour les PME et celui qui explique mon parcours», répète inlassablement l'ex-employée de la CRÉ qui, à sa grande surprise, est plus connue qu'elle le croyait. Plusieurs personnes lui mentionnent qu'ils ont vu les pancartes et ont donc une petite idée de son visage. Ceux qui croient que les pancartes ne sont pas utiles depuis l'avènement de l'électronique se trompent grandement.

Pendant tout le trajet, que ce soit dans des milieux de travail ou des commerces, pas un seul incident, si ce n'est un électeur qui lui mentionne très ouvertement ne pas être conservateur. Les citoyens sont polis et prennent le temps d'écouter la candidate: «C'est très gratifiant. Ce sont les moments que je préfère», reprend la candidate qui entre dans chaque commerce en demandant la permission de parler aux employés et aux clients.

Dans certains cas, il est évident que les gens vont lui accorder leur vote. C'est ce qui s'est produit dans une quincaillerie de la rue Lasalle où un jeune homme lui a lancé sans réserve «on vote Ursula Larouche» comme si le mot d'ordre avait été passé dans son réseau ou sa famille.

À l'occasion, elle laisse glisser qu'elle a oeuvré auprès de Jean-Pierre Blackburn. L'ex-ministre jouit toujours d'une grande crédibilité auprès des citoyens et cette carte de visite pourrait se transformer en votes le jour du scrutin. Jean-Pierre Blackburn n'est jamais très loin derrière la candidate pour lui prodiguer de précieux conseils sur le métier de politicien.

La candidate se réserve les débuts de soirée pour rencontrer les familles. Elle affirme recevoir un accueil tout aussi poli de la part des mères et des pères qui s'affairent au souper et aux devoirs des enfants. Il n'est donc pas si vrai que l'on croit que les gens ne s'intéressent pas à la politique.

Pendant la présente campagne, Ursula Larouche va passer quelques jours au Salon du livre pour faire la promotion de son recueil de poésie. Une artiste qui a oeuvré dans le domaine de l'environnement et qui possède une formation scientifique commence à ressembler à une candidate atypique pour le Parti conservateur du Canada. Elle présente sur ses dépliants officiels tous les aspects de sa personnalité et invite les électeurs à la suivre sur sa page Facebook.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer