Avenir de l'usine Vaudreuil

RTA consultera à partir du 5 octobre

Rio Tinto Alcan a annoncé en juin dernier... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

Rio Tinto Alcan a annoncé en juin dernier la réalisation d'une étude de faisabilité, au coût de 6,3 M$, pour développer la solution qui permettra de prolonger la durée de vie du site actuel d'entreposage des boues rouges.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Rio Tinto Alcan tiendra, à compter du 5 octobre, sa consultation publique sur le «Projet Vaudreuil au-delà de 2022» afin de présenter le projet élaboré par la multinationale pour être en mesure de prolonger la durée de vie de son usine de produits chimiques.

La société a annoncé en juin dernier la réalisation d'une étude de faisabilité, au coût de 6,3 M$, pour développer la solution qui permettra de prolonger la durée de vie du site actuel d'entreposage des boues rouges. Les permis environnementaux de l'usine arriveront à échéance en 2022 puisqu'ils sont liés à la capacité de l'entreprise de disposer de ses résidus industriels.

«Nous allons présenter le projet en premier lieu à nos voisins», a dans un premier temps indiqué Xûan-Lan Vu, porte-parole de la compagnie. Il faudra donc attendre la tenue de ces rencontres pour connaître la solution retenue par l'entreprise pour obtenir de nouvelles autorisations gouvernementales.

Dans les documents distribués pour inviter la population à ces consultations, Rio Tinto Alcan indique que ce projet consiste en une étude «d'une option d'expansion de l'actuel site de disposition de résidus de bauxite afin de permettre un futur à l'usine».

Toujours dans le même document, Rio Tinto Alcan indique que «sans une telle expansion, l'usine (Vaudreuil) devra fermer ses portes, ce qui aurait un impact majeur sur l'économie régionale».

Dans ce dossier, Rio Tinto Alcan fait face à une problématique d'espace puisque les limites du lac de boue rouge et de l'ensemble du site se trouvent à 500 mètres des résidences les plus rapprochées, dans les quartiers résidentiels situés au nord de la route 170. L'entreprise dispose de plus d'espace en direction nord, vers Saint-Jean Eudes, mais dans cette direction, les limites du site bordent des ruisseaux de drainage naturels qui s'écoulent vers le Saguenay.

L'espace disponible pour l'entreprise se situe vers l'est, sur des terrains où passe la ligne de vapeur qui approvisionne Elkem Métal. Dans cette zone, les résidences sont plus éloignées.

Au chapitre des emplois, l'usine Vaudreuil compte toujours 550 travailleurs syndiqués. La fermeture de cette usine ferait disparaître 7 emplois sur 10 chez Roberval Saguenay et les mêmes proportions aux installations portuaires.

L'usine de Vaudreuil transforme la bauxite en alumine. Il s'agit de la seule usine chimique d'alumine en Amérique du Nord. Son avenir a toujours été incertain au Canada en raison du ratio de minerai nécessaire pour la production d'alumine. L'entreprise doit importer deux bateaux de bauxite pour la production d'un bateau d'alumine. Il y a donc un enjeu sur les coûts de transport et sur l'environnement puisque les résidus doivent être stockés à proximité de l'usine.

Historiquement, les travailleurs de Vaudreuil ont réussi à battre les coûts de transport par la productivité. Pour ce qui est de la disposition des résidus, toutes les solutions analysées nécessitent de l'espace de stockage et donc un agrandissement du site actuel pour gagner du temps.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer