Le secret de la Caramilk

Jean-Charles Piétacho, le chef de la communauté innue... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

Jean-Charles Piétacho, le chef de la communauté innue de Mingan.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Joël Martel
Le Quotidien

Je le dis souvent, mais il faut quand même admettre que la vie est drôlement faite.

Vous voyez, mon beau-père René a une espèce de don qui fait en forte que pratiquement chaque fois qu'il passe à la maison, c'est à un moment où je suis débordé de travail. Et puis, juste pour mal faire, chaque fois qu'il passe, c'est pour venir nous rendre service. Alors voilà, le gendre ingrat qui est toujours peu à la limite d'exploser quand on vient pourtant lui donner un coup de main, c'est pas mal moi.

Du coup, j'ai fini par me dire qu'il faudrait que je fasse au moins un geste symbolique pour montrer que je suis malgré tout de bonne foi. Alors comme j'avais remarqué la dernière fois où il était passé qu'il ne nous restait plus de thé, je me suis dit : « Ah! Je vais prendre l'initiative de lui acheter du thé et la prochaine fois qu'il en demandera, il verra bien que je l'aime bien. »

Or, en arrivant à l'épicerie, j'ai bien dû passer un bon 15 minutes à farfouiller les étagères pour lui trouver sa marque de thé préférée, mais en vain.

Ce n'est que quelques jours plus tard, alors que je préparais le souper en écoutant la radio, que j'ai entendu parler de Jean-Charles Piétacho, le chef de la communauté innue de Mingan.

Grosso modo, pour ceux et celles qui ont manqué cette histoire, il se trouve que Piétacho a découvert que le fameux thé Salada, le même que celui que mon beau-père apprécie, n'était plus sur le marché. Toutefois, selon Piétacho, le thé Salada ferait désormais partie des traditions de sa communauté. C'est pourquoi il a même poussé ses démarches jusqu'à tenter de faire l'acquisition du brevet du thé Salada. Rien de moins.

D'entrée de jeu, je vais vous avouer que sur le coup, je me suis dit que tout ça était un peu intense et puis, après y avoir réfléchi quelques jours, j'ai réalisé que le combat de Piétacho méritait doublement d'être souligné.

En fait, j'ai tout d'abord pensé à tous ces trucs qui ont fait partie de ma vie au cours de mon enfance et qu'on a finalement retiré du marché. Je pense par exemple à ce savoureux Quik aux fraises en poudre, aux délicieux M. Juteux, à mes céréales Apple Jack et je pourrais continuer ainsi jusqu'à la section des sports.

Et puis ensuite, j'ai pensé à tous ces produits qui font partie de notre quotidien. Par exemple, imaginez un instant que pour une raison X, Heinz déciderait soudainement de ne plus produire son ketchup. Oui oui. Essayez d'imaginer ça juste quatre secondes. Sérieusement, ça serait suffisant pour déclencher l'anarchie.

Alors si vous doutiez, ne serait-ce qu'un tout petit peu, que les multinationales nous tiennent sentimentalement en otage, eh bien, en voici la preuve que oui.

C'est quand même fou qu'un bête produit commercial puisse finir par s'intégrer à notre quotidien jusqu'à transcender sa condition de simple objet de consommation et ainsi devenir partie prenante d'une culture.

Maintenant, j'imagine que c'est beaucoup plus complexe que je ne pourrais me l'imaginer, mais ça serait vraiment chouette de la part qu'Unilever qu'elle donne en douce sa recette de thé Salada à Piétacho et sa communauté. À la fin, ils n'en vendront pas moins et puis, ça ferait la bonne nouvelle « cute » de la semaine qui « spinnerait » sur les réseaux sociaux. C'est pas mal gagnant-gagnant à bien y penser.

Et enfin, pour ceux et celles qui se demandent encore c'est quoi le secret de la Caramilk, eh ben, c'est un enzyme qui fait en sorte que le caramel durcit pour fondre ensuite quelques heures plus tard, une fois qu'on l'a emprisonné dans le chocolat.

Je le sais, c'est un gars qui s'est virer de l'usine qui l'a dit à un ami dans l'autobus. D'ailleurs, je dis ça comme ça, mais l'usine Lipton Salada a fermé ses portes récemment... Il y a peut-être encore de l'espoir pour la communauté innue de Mingan...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer