Aménagement du site Port-Alfred

Encore loin de la coupe aux lèvres

Le terrain de l'ancienne usine Port-Alfred.... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

Le terrain de l'ancienne usine Port-Alfred.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

Les déclarations faites le 11 septembre dernier par le maire Jean Tremblay concernant la cession par Résolu du terrain de l'ancienne usine Port-Alfred a surpris les intervenants impliqués dans le dossier, dont les membres du Comité pour l'avenir du site de la Consol (CASC), les conseillers municipaux ainsi que la direction de la Chambre de commerce de Saguenay.

Selon le président de l'arrondissement de La Baie, François Tremblay, au moment où les déclarations ont été faites, des pressions étaient exercées pour que des études de caractérisation du sol soient effectuées. « Nous sommes à la recherche d'argent pour faire ces études » affirme M. Tremblay.

Toujours en ce qui a trait à l'aspect financier, il rappelle que le terrain convoité a une valeur portée au rôle d'évaluation de 1,7 M$ et rapporte 150 000 $ en taxes foncières, d'où un intérêt possible pour Résolu de vouloir s'en départir. « Le CASC a toujours à coeur son projet qui est évalué entre 10 et 15 M$. Le projet, qui a reçu un encadrement par la Chaire en éco-conseil de l'UQAC, été regardé par Résolu et ça rencontre leurs objectifs », affirme le conseiller.

Au plan technique, beaucoup de travail reste à accomplir, selon M. Tremblay, puisqu'en plus de la présence possible de contaminants dans le sol, des tuyaux d'égout, d'un chemin de fer et d'une piste cyclable qui entoure le terrain, il faudra songer à la façon dont on procèdera pour financer ce nouvel aménagement. « Pour le moment, on n'a rien d'affecté au plan d'immobilisation de l'exercice 2016 qui est commencé, mais il est vrai qu'on passera d'une valeur de 1,7 M$ à 1 $. » Pour le moment, le site de l'ancienne usine apparaît sous la dénomination « site à vocation différée au schéma d'aménagement.

Il précise que des précautions doivent être prises avant de céder le terrain prématurément à un organisme comme le CASC puisque pour le moment aucun financement n'est encore attaché à l'aménagement du futur parc.

Soulignons que la Chambre de commerce de Saguenay avait également réagi aux déclarations du maire Tremblay en réclamant que la vocation industrielle du site soit préservée en raison de son caractère stratégique qui permet l'accès des bateaux en eaux profondes. «Je pense que la Chambre de commerce a été déculottée par la publication de l'article. C'est à ce moment qu'elle a fait une sortie publique».

M. Tremblay conclut qu'il y a encore loin de la coupe aux lèvres pour ce projet qui pourra se réaliser en plusieurs étapes. «Le comité de citoyens du secteur Grande-Baie s'est animé. On a le goût que le projet devienne complémentaire de ce qui a été fait dans le secteur Bagotville avec un parc à vocation récréotouristique famille».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer