Devant Stéphane Bédard ou Sylvain Gaudreault

Jean Tremblay aurait mordu la poussière

Jean Tremblay annonce son retrait de la vie... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

Jean Tremblay annonce son retrait de la vie politique quelques heures avant la publication d'un sondage défavorable, réalisé par Segma Recherche pour Le Quotidien/Énergie-Rouge FM.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Jean Tremblay annonce son retrait de la vie politique quelques heures avant la publication d'un sondage défavorable, réalisé par Segma Recherche pour Le Quotidien/Énergie-Rouge FM.

Le coup de sonde réalisé auprès de 375 répondants, entre le 14 et le 19 septembre, donnait le premier magistrat perdant contre les députés péquistes Sylvain Gaudreault et Stéphane Bédard, dans l'hypothèse où ces derniers l'auraient affronté à la mairie.

Dans le premier cas, le maire Tremblay n'aurait récolté que 38,4% des voix contre 55,1% pour le député de Jonquière, si des élections avaient eu lieu la semaine dernière.

Il aurait subi une défaite tout aussi cinglante contre celui de Chicoutimi, Stéphane Bédard, qui aurait obtenu 52,4% des votes. Quant à lui, Jean Tremblay aurait récolté 39,7% du scrutin.

L'exercice confirme une tendance selon laquelle la popularité du premier magistrat était en chute libre. Le 20 mars dernier, un sondage commandité par Radio X donnait Sylvain Gaudreault gagnant, avec un résultat nettement plus serré de 44,3% contre 39,6%.

À l'époque, le maire Tremblay venait de semer la controverse en s'attaquant à Greenpeace et aux intellectuels, par le biais d'une capsule vidéo. L'enregistrement, qui était accessible sur le portail Internet de la ville, avait engendré une pluie de critiques en provenance des quatre coins du Québec.

Mauvais message

«Nous observons le même phénomène qu'il y a six mois. (...) Un moment donné, quand tu deviens une caricature à l'extérieur de la région pour des prises de position qui n'ont rien à voir avec la gestion municipale, c'est ce qui risque de se passer. Je pense qu'il a pas mal contribué à son malheur», commente le président et directeur général de la firme Segma Recherche, Raynald Harvey.

Ce dernier réitère que le message de Jean Tremblay ne passe plus auprès des gens plus scolarisés et que le clivage est plus manifeste que jamais.

Il ajoute que c'est à Jonquière que Jean Tremblay fait face à la plus forte opposition.

«Dans Chicoutimi, c'est un peu plus serré et finalement, à La Baie, les gens voteraient pour M. Tremblay», poursuit-il. Raynald Harvey estime qu'il aurait été très difficile pour le maire Tremblay de remonter dans les sondages d'ici le scrutin de 2017. «Il faut être réaliste. Après 20 ans de pouvoirs, ce n'est pas évident de faire virer une telle tendance. Il est plus difficile de convertir des ennemis en partisans que l'inverse.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer