Un duo efficace

Le lieutenant de la Sécurité incendie de Saguenay... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Le lieutenant de la Sécurité incendie de Saguenay Éric Jobin et son fils Vincent ont joué un rôle majeur hier dans l'extinction du brasier au 1463, chemin des Bouleaux, à Laterrière.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Dominique Gobeil
Le Quotidien

Le pompier Éric Jobin et son fils Vincent ont travaillé en équipe hier pour combattre un brasier à Laterrière, le garçon de huit ans étant celui qui a donné l'alerte. Sans sa présence d'esprit, les flammes qui ont ravagé le garage auraient pu s'étendre à la maison du 1463 chemin des Bouleaux, où une famille était en train de dîner.

Vincent Jobin jouait dehors en attendant l'autobus lorsqu'il a remarqué de la fumée qui sortait par la porte du bâtiment, connexe à la résidence. Observateur et curieux par nature, il est allé voir de plus près.

«Je pensais que le monsieur faisait de la soudure à l'intérieur, raconte-t-il après les évènements. J'ai vu que c'était orange sous la voiture. Je suis allé cogner à la porte pour savoir si c'était normal. Quand le monsieur est arrivé par la maison, j'ai bien compris que ce n'était pas bon signe...»

Les propriétaires étaient à table avec leurs deux petites-filles. Ils ont rapidement évacué les lieux. «Je me suis occupé de tenir les chats dehors, poursuit le jeune Jobin. Tout le monde était correct. C'était impressionnant!»

La dame a pu contacter les urgences rapidement, grâce à l'avertissement du garçon. Elle lui a d'ailleurs confié qu'il était «son héros» et que la situation aurait pu prendre une tournure beaucoup plus grave sans lui. Les dommages sont évalués à plusieurs dizaines de milliers de dollars. Le couple venait juste d'acquérir leur voiture.

Parmi les pompiers appelés, le hasard a voulu que Éric Jobin soit présent, à quelques mètres de sa propre maison. «Quand ils ont dit le nom de la rue, j'avais hâte de savoir l'adresse exacte», souligne le lieutenant du Service de sécurité incendie de Saguenay, bien fier de son fils.

Ce dernier, qui veut suivre les traces de son paternel, était bien content de voir les casernes d'Arvida et du secteur sud de Chicoutimi arriver. «Je commençais à être inquiet...» La fumée montait alors par le comble. Des lances perçantes ont été utilisées dans la toiture pour freiner l'élément destructeur. L'enquête est en cours pour déterminer les circonstances exactes de l'incendie, mais tout porte à croire qu'une défectuosité avec un chargeur à batterie en est la cause.

Vincent et Éric Jobin ne se sont même pas remarqués, dans le feu de l'action. Ce n'est qu'en soirée, après l'école, qu'ils ont pu se féliciter pour leur travail mutuel. «C'était pas mal hot!», conclut le garçon.

Avec la collaboration de Louis Tremblay

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer