Cartonnerie Graphic Packaging de Jonquière

Investissement Québec prêt à relancer

Le président-directeur général d'Investissement Québec, Pierre Gabriel Côté,... ((Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque))

Agrandir

Le président-directeur général d'Investissement Québec, Pierre Gabriel Côté, a entamé hier une tournée saguenéenne de deux jours. Il avait visité le Lac-Saint-Jean en marge du Sommet économique régional, en juin.

(Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Investissement Québec serait prêt à supporter un projet de relance de la cartonnerie Graphic Packaging de Jonquière. En fait, le problème n'est pas le manque de fonds pour les projets régionaux: mais plutôt le manque de projets tout court, pointe son PDG, Pierre Gabriel Côté.

« Si une solution est trouvée avec le groupe de relance de l'usine, nous sommes prêts à nous asseoir avec eux et à supporter la démarche », assure M. Côté, rencontré par Le Quotidien.

Toutefois, la société d'État aurait préféré pouvoir travailler en amont avec l'entreprise pour trouver une solution, avant l'annonce de la fermeture à la mi-juillet et de la mise à pied de 142 employés.

« Il est beaucoup plus difficile une fois qu'une dure réalité comme celle-là frappe. Si l'entreprise nous avait contactés avant, on serait en train de travailler à trouver une solution. Mais si un projet émerge, on sera là », soutient-il.

Au lendemain de l'annonce d'une aide provinciale de 190 M$ à l'usine Kruger, à Trois-Rivières, pour passer du papier au carton, le PDG d'Investissement Québec entamait mardi une tournée saguenéenne de deux jours.

Ce projet « d'envergure » de Kruger, dans lequel Investissement Québec prend une participation de 106 M$, est une preuve d'innovation dans le domaine forestier, selon M. Côté.

« Cela montre que l'ère numérique a créé un nouveau besoin, notamment pour la production de boîtes de carton dédiées au transport pour le commerce en ligne, qui est en croissance », souligne-t-il.

Manque de projets

Dans la région, à l'heure actuelle, aucun projet d'une telle envergure n'a été soumis à Investissement Québec. « Ce n'est pas le financement qui manque, ce sont les projets, pointe le PDG. [...] Je n'ai pas vraiment de projet d'envergure semblable ici et je trouve cela décevant. »

Il cite en exemple le Fonds valorisation bois, qui cible les marchés de deuxième et troisième transformation, qui reçoit peu de demandes par rapport aux moyens disponibles.

Mais est-ce aux entreprises à contacter Investissement Québec ou à Investissement Québec de contacter les entreprises? Les deux à la fois, répond le nouveau PDG de la société d'État, en poste depuis la mi-janvier.

M. Côté souhaite qu'Investissement Québec soit plus active sur le terrain, pour identifier les « projets porteurs » et faire connaître les possibilités qui s'offrent aux entreprises.

« On veut prendre un virage client, accompagner les individus, dès le démarrage. Il faut être proactif et aider les entreprises à innover avant qu'il ne soit trop tard. On sera là pour le démarrage. Si ça va mal, quand les autres investisseurs vont se retirer, on sera encore là. Nous sommes un capital patient », conclut-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer