Le docteur Sylvain Guimond de passage dans la région

Apprendre à mordre dans la vie

Le docteur Sylvain Guimond a prononcé une conférence... ((Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque))

Agrandir

Le docteur Sylvain Guimond a prononcé une conférence devant les conseillers de l'Industrielle Alliance du Saguenay-Lac-Saint-Jean, lundi.

(Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Serge Émond
Le Quotidien

Depuis déjà plusieurs années, le docteur Sylvain Guimond fait partie du paysage sportif québécois. Docteur en psychologie du sport, éducateur physique et ostéopathe, il a été appelé à travailler avec plus de 1000 athlètes de haut niveau au cours de sa carrière. Consultant en psychologie du sport pour le Canadien de Montréal, il était de passage à Jonquière, lundi, afin de prononcer une conférence devant les conseillers de l'Industrielle Alliance du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Parce que son champ d'action ne se résume évidemment pas au sport. Si celui-ci a contribué à faire de Sylvain Guimond une personnalité publique, ses connaissances, son expérience et ses conseils peuvent être utiles autant à M. Tout le monde qu'à un athlète d'élite. Bien se connaître et apprendre à bien exploiter ses forces font partie des éléments qui peuvent mener au succès, peu importe le domaine.

Hier, il a principalement invité son auditoire à faire une réflexion personnelle sur l'importance de profiter du cadeau que représente la vie. Il a mis l'accent sur des éléments comme l'importance de bien se connaître, de travailler sur ses forces, d'oeuvrer dans un domaine qui nous fait vibrer (parce que la vie est trop courte), d'avoir une bonne estime de soi, d'apprécier le moment présent, de ne pas avoir peur de l'échec, etc.

Dans l'esprit du docteur Guimond, nous sommes tous sur la Terre pour faire du «scrapbooking», pour monter un album de souvenirs. Parce qu'elle a un point de départ et une fin, la vie mérite d'être agréable et vécue pleinement. Il sait bien que les gens qu'il rencontre ne se transformeront pas du jour au lendemain. Il souhaite tout simplement qu'ils appliquent le mieux possible, à leur rythme, les outils qu'il leur a présentés pendant quelques minutes.

«La phrase que j'entends tout le temps est: ''Doc, je pense que j'ai perdu ma confiance'', raconte celui qui est devenu un habitué de l'émission L'Antichambre. Dans la vie de tous les jours, tout le monde peut perdre une partie de sa confiance. La réalité, c'est que la confiance est intrinsèque. Quand ça va mal, il faut se tourner vers les choses qu'on fait bien. Quand ça va mal, les gens ont tendance à essayer de compenser pour leurs faiblesses. Il faut plutôt se tourner vers nos forces. Ce sont nos forces qui vont nous redonner confiance. En travaillant sur tes forces, tu risques d'avoir du succès et par le fait même de reconstruire ton estime de soi.

«Si un joueur a atteint la Ligue nationale de hockey, c'est parce qu'il a certains points forts. Ce sont ces points forts qui l'ont amené dans la LNH et qui vont le ramener où il était. Il doit faire une introspection. L'athlète n'a pas perdu ses points forts. Il doit simplement s'arrêter, changer quelques points, et la confiance va se réinstaller.»

Toujours associé à plusieurs athlètes de pointe et au Canadien de Montréal, le docteur Sylvain Guimond n'a surtout pas le temps de chômer. Chaque année, il est appelé à prononcer entre 150 et 200 conférences. Il répond aux invitations d'organismes ou d'entreprises, comme ce fut le cas hier pour l'Industrielle Alliance, au profit de la Fondation de l'Hôtel-Dieu de Sorel-Tracy.

Depuis 2009, l'émission de fin de soirée du Réseau des sports lui offre également une tribune extraordinaire. Une tribune qu'il apprécie grandement.

«C'est un volet excessivement plaisant, avance-t-il. C'est un des volets les plus agréables dans ce que je fais dans la vie parce qu'il me donne l'opportunité de m'adresser à un grand nombre de personnes. Je suis très reconnaissant d'avoir la possibilité de partager ma passion et ce que je vis. Je suis heureux de pouvoir partager des outils qu'ils peuvent appliquer dans leur vie de tous les jours.

«Avec le Canadien, mon lien est de plus en plus avec Michel (Therrien) et moins avec les joueurs. Il y a deux ans, j'étais avec le Canadien à temps plein. Maintenant, c'est un travail occasionnel, quand ils en ont besoin. Le gros du travail a été fait au début de mon association avec l'équipe. Aujourd'hui, on parle plus d'un suivi et je travaille plus avec l'entraîneur qu'avec les joueurs.»

Le docteur Guimond terminera son passage dans la région en s'arrêtant dans les bureaux d'Hydro-Québec, aujourd'hui.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer