Un atout pour l'obtention d'un statut

Une étude pour les berges

Les berges de la baie des Ha! Ha!... ((Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque))

Agrandir

Les berges de la baie des Ha! Ha! sont malmenées depuis quelques années en raison des changements climatiques. Les travaux d'enrochement dans le secteur des Barachois, à Grande-Baie, ont d'ailleurs débuté pour y contrer l'érosion des berges et aménager un tronçon de piste cyclable. L'Organisme de bassin versant de Saguenay souhaite mener une large étude pour évaluer l'état des berges et les actions à poser.

(Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'Organisme de bassin versant (OBV) du Saguenay souhaite mener une étude de quelque 165 000$ pour évaluer l'état des berges de la baie des Ha! Ha! et identifier les aménagements nécessaires pour les sauvegarder. Cette étude représentera un atout dans le dossier de l'obtention d'un statut de gestion collectif pour la pêche sportive dans le Saguenay.

Les changements climatiques affectent durement l'état des berges de la baie des Ha! Ha! depuis quelques années. Les changements du niveau des marées, les forts vents et les variations de température ont mis à mal les rivages, souligne le président de l'OBV Saguenay, Daniel Desgagnés, en entrevue.

Le Comité de bassin de la rivière à Mars, l'un des comités locaux de l'OBV Saguenay, souhaite donc réaliser une étude de caractérisation des berges de la baie des Ha! Ha! l'été prochain.

Une fois le portrait réalisé, un plan d'action ciblant les interventions et les besoins de plantation d'arbres ou de végétaux pourra être présenté.

Financement ardu

L'organisation aurait souhaité mener l'étude cet été, mais boucler le financement de l'opération a été plus difficile que prévu.

«C'est de plus en plus difficile d'obtenir des subventions. Les OBV sont des organismes mandatés par le gouvernement provincial pour produire des plans directeurs de l'eau, mais nous avons de la difficulté à obtenir du financement. C'est paradoxal», regrette M. Desgagnés.

Le projet serait financé par les paliers provincial et fédéral. L'organisation est à la recherche de quelque 10 000$ manquants pour compléter le financement. Des entreprises privées sont présentement courtisées par l'organisme pour récolter ce montant.

«Avec les coupes au fédéral et au provincial, le privé doit s'impliquer davantage dans la protection de l'eau. Les gens doivent s'approprier davantage leur milieu. Ça ne prend pas grand-chose pour perturber l'environnement», soutient M. Desgagnés.

Il estime que sans l'implication du privé, la préservation des berges et des cours d'eau deviendra de plus en plus difficile à travers le Québec.

Statut de gestion

Des représentants de l'OBV Saguenay siègent au Comité pour l'obtention d'un statut de gestion collectif et responsable pour la rivière Saguenay.

M. Desgagnés estime que la réalisation du projet de caractérisation est un atout important en vue d'une entente avec Pêches et Océans Canada.

«C'est lié: si on veut en venir à une entente, c'est un plus. Il faut montrer qu'on ne veut pas juste exploiter la rivière Saguenay pour la pêche sportive, mais que nous avons un souci de préservation, de protection des cours d'eau et de sensibilisation de la population», souligne Daniel Desgagnés.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer