PFR veut couper 85 postes à Alma

« Un torchon » répondent les syndiqués

La fermeture définitive de la machine numéro 9... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

La fermeture définitive de la machine numéro 9 à la papeterie d'Alma se traduit par l'abolition de 71 emplois syndiqués et de 14 postes de bureaux et d'encadrement.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La fermeture définitive de la machine numéro 9 à la papeterie d'Alma se traduit par l'abolition de 71 emplois syndiqués et de 14 postes de bureaux et d'encadrement.

C'est par le biais d'un document rédigé à la main que la direction de Produits forestiers Résolu (PFR) a transmis son plan de restructuration au syndicat de l'usine, il y a un peu plus d'une semaine.

Si elles se matérialisent, les mesures projetées feront chuter de 25 % le nombre de travailleurs de cette division. La papeterie d'Alma compte 340 salariés.

Hier soir, plus d'une centaine de membres de l'unité syndicale (CSN) ont été informés des orientations patronales, dans le cadre de la première de deux assemblées générales.

La seconde rencontre est prévue cet après-midi, dans les locaux du syndicat.

Selon les détails obtenus par Le Quotidien, les syndiqués présents ont rejeté massivement les propositions de leur employeur. Ces derniers n'ont pas manqué de souligner le manque de respect démontré par la compagnie, qualifiant de «torchon» le plan qui a été soumis à leurs représentants.

L'interruption de la machine numéro 9 a été confirmée en mars 2015, ce qui donnait à la direction un délai de six mois pour élaborer - et surtout rédiger de façon plus officielle - son plan, ont vivement dénoncé certains syndiqués.

Toujours selon les informations recueillies auprès de travailleurs présents, PFR souhaiterait avoir carte blanche quant à l'utilisation de main d'oeuvre sous-traitante. Ainsi, certains corps de métiers traditionnellement réservés aux syndiqués seraient durement touchés. La multinationale entend notamment réduire de moitié le nombre de mécaniciens de l'usine. Celui-ci passerait de 61 à 31.

Joint au terme de l'assemblée de mardi soir, le président du Syndicat national des travailleurs et travailleuses des pâtes et papiers d'Alma, Jean-Pierre Lebel, a refusé de confirmer les renseignements transmis au Quotidien. Il s'est également abstenu de commenter la situation, par respect pour les membres qui assisteront à la réunion de cet après-midi.

La machine numéro 9 a cessé de tourner le 1er septembre dernier. Elle avait une capacité de production de quelque 75 000 tonnes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer