Un conjoint violent acquitté

Marc Cossette a été incarcéré 22 jours.... (Photo Jeannot Lévesque)

Agrandir

Marc Cossette a été incarcéré 22 jours.

Photo Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Faute du témoignage de la plaignante et en raison d'un manque de preuve, Marc Cossette est acquitté des accusations de méfait et de bris d'engagement. Mais l'homme au lourd passé judiciaire aura tout de même été incarcéré durant 22 jours.

Le Jonquiérois de 37 ans a été arrêté le 11 août après une plainte de sa copine à la police. Cossette a été accusé de méfait, de bris d'engagement et d'avoir manqué à son engagement de ne pas importuner la dame.

Le client de Me Julien Boulianne a alors été incarcéré. Il a été acquitté hier par le juge Rosaire Larouche, de la Cour du Québec, après un séjour de 22 jours en prison.

Le 16 juillet, il a été accusé de voies de fait armées et voies de fait avec lésions sur sa conjointe, la même que pour les événements du mois d'août. Celle-ci a refusé de témoigner et le dossier s'est terminé par une ordonnance de garder la paix.

Après quatre jours de prison, Cossette en est sorti avec des conditions à respecter à l'endroit de la victime.

Le 11 août, il est encore arrêté à la suite d'une plainte de la même victime. Il aurait brisé le téléphone cellulaire de la plaignante et a par le fait même manqué à sa probation.

Incarcéré, il a subi son enquête caution quelques jours plus tard, mais le juge Pierre Simard a refusé de le libérer en raison de ses antécédents. Le magistrat a alors appris que la victime ne voulait toujours pas témoigner. Le juge a ordonné que la dame se présente au tribunal pour confirmer sa volonté.

Jeudi matin, devant le juge Rosaire Larouche, elle est venue dire que tout s'était arrangé, qu'elle avait l'intention de déménager dans la région de Montréal et qu'elle n'aurait plus de contact avec Cossette.

La poursuite n'avait donc plus de preuve à offrir au tribunal et le juge a dû acquitter l'accusé.

Cossette, un habitué du Palais de justice de Chicoutimi, possède de nombreux antécédents, dont plusieurs en matière de violence envers les femmes ou les conjoints de ses ex-petites amies.

En prononçant son acquittement, le magistrat a vu l'accusé faire un clin d'oeil à son avocat. « Vous avez beau faire un clin d'oeil à votre avocat, vous ne pourrez toujours pas vous promener impunément. Le N (Nike) sur votre chandail ne veut pas dire que vous êtes un néophyte et vous le savez bien », a mentionné le juge.

Cossette est sorti du tribunal et a indiqué au magistrat que ce qui lui arrivait venait peut-être d'en haut.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer