INNERGEX: Gaudreault se dit surpris et inquiet

Le député de Jonquière, Sylvain Gaudreault... ((Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque))

Agrandir

Le député de Jonquière, Sylvain Gaudreault

(Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Julien Renaud
Le Quotidien

L'intérêt de la firme INNERGEX Énergie renouvelable pour les centrales hydroélectriques de Produits forestiers Résolu (PFR) surprend et inquiète le député provincial de Jonquière, Sylvain Gaudreault.
Le député péquiste a tenu à réagir à la nouvelle publiée en page couverture du Progrès-Dimanche. «Je suis surpris et inquiet de cette nouvelle», a-t-il lancé, d'emblée.

M. Gaudreault a été informé vers la fin de la semaine dernière par des sources syndicales des discussions et des rencontres qui ont eu lieu entre les deux entreprises. «J'ai immédiatement demandé une rencontre avec Pierre Arcand, le ministre des Ressources naturelles. J'ai parlé avec des gens de son cabinet jeudi et j'attends des nouvelles pour notre rencontre, qui pourrait avoir lieu la semaine prochaine, car je serai à Québec en commission parlementaire. Sinon, on commence à siéger le 15 septembre», informe-t-il.

Certaines installations contenues dans le parc hydroélectrique du géant des pâtes et papiers sont liées, par bail, au gouvernement du Québec. C'est notamment le cas du barrage Jim-Gray, en vertu d'une entente ratifiée en février 2014, dans la foulée d'une démarche initiée par le député Sylvain Gaudreault, alors ministre. L'accord prévoit que l'énergie produite à Jim-Gray doit servir les besoins des usines de Kénogami et d'Alma.

«Dans ce contexte-là, les ressources naturelles doivent servir à assurer et maintenir des emplois de qualité, chez nous, et non pas à provoquer des profits pour une entreprise privée. On est dans un autre univers. Ça soulève énormément de questions», poursuit-il.

En exigeant une rencontre avec le ministre Arcand, l'élu souhaite trouver réponse à ses nombreuses interrogations. «Je veux savoir quel est le rôle du gouvernement dans cette démarche-là d'INNERGEX. Est-ce que le gouvernement est d'accord, est-il assis à la table des discussions, jusqu'à quel niveau c'est rendu? Je souhaite aussi qu'il nous fasse un suivi et une mise à jour de l'entente qu'on avait conclue. Est-ce que le gouvernement fait un suivi des obligations de la compagnie, par exemple l'étude pour une relance de la machine à papier numéro 6? Je pense qu'il est temps que ce soit public. Quels sont les investissements de PFR depuis la signature de cette entente? Respectent-ils leur échéancier?», énumère le député péquiste.

«Est-ce que cette entente-là peut permettre ça? Est-elle respectée? Serait-elle ratifiée? Rejetée?», ajoute-t-il.

L'exploitation hydroélectrique par Résolu est un enjeu crucial dans la région, puisque les barrages font partie de l'avantage concurrentiel des usines et ont un impact considérable sur leur rentabilité. «Pourquoi PFR voudrait se départir au fond de ce qui est son principal atout pour avoir des coûts de production de papiers les plus bas possible? Sans l'avantage hydroélectrique, est-ce que ça veut dire que les usines ne sont plus compétitives? C'est majeur», s'inquiète Sylvain Gaudreault.

Sylvain Gaudreault a sensibilisé son collègue Alexandre Cloutier, député péquiste dans Lac-Saint-Jean, sur ce dossier.

INNERGEX est une entreprise spécialisée dans la production d'hydro-électricité et d'énergie éolienne, principalement au Québec, en Ontario et en Colombie-Britannique.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer