Des débris se sont détachés du plafond d'un studio de danse

L'ancien hôtel de ville de Kénogami doit être évacué

L'état structurel de l'ancien hôtel de ville de... (- photo le quotidien, jeannot lévesque)

Agrandir

L'état structurel de l'ancien hôtel de ville de Kénogami est pire que prévu et le bâtiment doit être fermé, le temps que des travaux majeurs soient réalisés. - Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

- photo le quotidien, jeannot lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

L'état structurel de l'ancien hôtel de ville de Kénogami, situé sur la rue du Roi-Georges, à Jonquière, est pire qu'anticipé. Les conclusions d'analyses réalisées par des firmes spécialisées et fournies aux autorités de Saguenay au début du mois d'août sont sans équivoque: le bâtiment présente des dangers imminents et les élèves de l'école de danse Le Prisme culturel ne peuvent plus occuper les locaux.

Il y a quelques semaines, des débris se sont détachés du plafond de l'un des studios. Le conseiller municipal Claude Tremblay, qui représente Kénogami à la table du conseil, a été mis au parfum des derniers développements. Des démarches ont alors été entreprises pour procéder à la fermeture temporaire des lieux.

«On savait qu'on avait 500 000$ à mettre pour faire des réparations urgentes, pendant que des expertises plus approfondies se poursuivaient. Finalement, des morceaux sont tombés au sol dans le grand studio. C'était dangereux. Des choses déplorables auraient pu se produire», met en contexte l'échevin.

Pour remédier à la situation, des investissements de 800 000$ étaient requis. Le comité exécutif de Saguenay a cependant jugé qu'il s'agissait là d'un mauvais investissement, considérant le fait que le projet de modernisation complète de l'immeuble dans le but d'y aménager huit studios de danse figure toujours dans les cartons de la Ville et que le conseiller Tremblay s'est engagé à le réaliser avant son retrait de la vie politique dans deux ans.

«Il y aura tout de même des travaux intérieurs et extérieurs qui seront faits. J'ai demandé qu'on me fournisse l'ampleur des coûts pour rénover la bâtisse au complet. Je veux la restaurer. On aura un portrait de situation complet au courant de l'automne», note Claude Tremblay, qui souhaite s'enquérir de l'existence de subventions gouvernementales pouvant donner un coup de pouce au projet. Le conseiller a d'ailleurs l'intention de sensibiliser les candidats aux élections fédérales à l'importance de cet enjeu pour la circonscription de Jonquière.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer