De l'eau pour les villégiateurs à Larouche

Réclamées depuis quelques années, les quelque 250 résidences d'une partie de la... (Laura Lévesque)

Agrandir

Laura Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

(LAROUCHE) Réclamées depuis quelques années, les quelque 250 résidences d'une partie de la Baie de Cascouia et du Lac du Camp pourraient bientôt être branchées au réseau d'aqueduc de la municipalité de Larouche. Un projet au coût estimé de 3 millions$ qui devra être financé à 75% par une taxe de secteur assumée par les villégiateurs.

Depuis quelques jours déjà, les riverains sont appelés à se prononcer sur le prolongement du réseau, par l'entremise d'un sondage. Si les résidents des secteurs visés acceptent de débourser la majeure partie de la facture, les travaux s'amorceront en 2016, confirme le maire Réjean Bédard.

«La conduite passe en bordure de ce secteur. Donc de ne pas avoir l'eau, ça causait certaines frustrations chez les résidents. Sous forme de pétition, on a reçu des demandes pour les deux secteurs dans les dernières années», rappelle le maire de Larouche.

Mais après analyse des coûts, les élus avaient été refroidis. Un projet de 3 millions$ était difficile à réaliser pour une municipalité qui dispose d'un budget annuel de 2,4 millions$. Et étant donné que le secteur visé est en villégiature, la localité n'a droit à aucune aide gouvernementale.

«On a tenté de faire reconnaître ces secteurs comme faisant partie de notre périmètre urbain. Parce que 250 résidences, c'est près de la moitié des maisons de toute la municipalité. Ce n'est pas un petit nombre. Mais notre tentative n'a pas fonctionné. Le ministère n'a pas accepté, probablement pour ne pas créer de précédent dans la province», explique le maire.

Le coût des travaux du prolongement du réseau ne devrait pas dépasser les 3 millions$, incluant la remise en état des rues. Les villégiateurs devront défrayer une partie de la facture, soit entre 6250$ et 9400$ en un paiement unique, ou une taxe spéciale variant de 460$ à 690$ par année pendant 20 ans. Le prix exact sera déterminé à l'ouverture des soumissions.

Quant à tous les contribuables de la municipalité, ils payeront 25% de la facture par le biais d'un règlement d'emprunt municipal. Une part équitable, selon le maire, rappelant que les villégiateurs ont longtemps payé pour des infrastructures disponibles dans le secteur urbanisé de la localité.

«Dans les dernières années, lorsqu'il y a eu des travaux pour l'eau potable ou d'eaux usées, on a toujours séparé la facture 80% utilisateurs et 20% municipalité. Mais 25%, c'est un retour d'ascenseur. Car dans le passé, bien avant qu'on divise les factures ainsi, les villégiateurs ont payé pour beaucoup de choses dans le village», précise le maire.

Par ailleurs, avec 250 nouvelles résidences branchées, le coût des services d'eau par porte passera de 300$ à 250$ pour tout le monde.

Le sondage se poursuit jusqu'au 11 septembre. À l'heure actuelle, une quarantaine de personnes ont répondu favorablement au projet.

llevesque@lequotidien.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer