Édifices en bois de douze étages

Groupe Canam se réjouit

Structure Fusion, la filière bois de Canam, a... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Structure Fusion, la filière bois de Canam, a fourni les structures du Centre de perception Desjardins.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

Groupe Canam, le plus important manufacturier de structures métalliques en Amérique du Nord, voit d'un bon oeil la nouvelle politique gouvernementale québécoise visant à encourager la construction d'immeubles de 12 étages ou moins en bois.

L'annonce de la création d'un guide d'utilisation, livrée lundi à Dolbeau-Mistassini par le premier ministre Philippe Couillard, est accueillie de façon positive par le directeur général de Structure Fusion, Dominique Briand. Son entreprise est devenue la filière bois de Canam en janvier 2014.

«C'est une très bonne nouvelle. Avant, les promoteurs qui voulaient utiliser le bois devaient entamer des démarches laborieuses pour convaincre les autorités. C'était très compliqué et dans certains cas, ça pouvait prendre jusqu'à un ou deux ans avant d'obtenir les autorisations nécessaires. Avec ce guide, le gouvernement a créé une feuille de route qui permettra de raccourcir les délais et permettre à l'industrie de progresser», dit Dominique Briand, dont la compagnie a fourni les structures pour l'agrandissement du Centre de perception de Desjardins, sur la rue Saint-Dominique, à Jonquière.

Des assemblages de bois et de béton ont été utilisés pour élaborer la charpente du nouvel immeuble, lequel se veut le prolongement de l'ancien bureau d'Emploi et Immigration Canada, situé juste à côté. Construit en 1955, le bâtiment est considéré comme l'une des manifestations les plus achevées de l'architecture Art déco à Jonquière.

Leader mondial

Le DG de Structure Fusion croit que les mesures gouvernementales positionnent le Québec comme un leader mondial dans la construction de bâtiments en bois.

Dominique Briand rappelle qu'il existe très peu d'endroits dans le monde où il est permis d'ériger de hauts immeubles à partir du matériau noble.

«Ça va grandement faciliter le travail des promoteurs et des professionnels. Pour Canam, c'est une annonce positive. En prenant une participation dans Structure Fusion, l'entreprise a envoyé un message clair qu'elle voulait impliquer l'utilisation du bois dans ses projets», renchérit le directeur originaire de la région, mais dont l'entreprise a pignon sur rue à Québec.

Le patron de Structure Fusion est aussi d'avis que les modifications apportées au Code du bâtiment du Québec vont permettre à l'industrie de la construction de devenir plus verte.

«Pourquoi on pousse le bois? Ce n'est pas seulement pour son cachet et parce qu'il peut être particulièrement rentable et efficace, mais parce qu'il permet de séquestrer du carbone», pointe Dominique Briand, ajoutant que dans le cas du Centre de perception de Desjardins, 95 tonnes de carbone ont pu été emmurées, en plus de limiter l'émission de gaz à effet de serre générés par la fabrication de structures d'acier ou de béton.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer