Aluminerie à Dolbeau-Mistassini

Century met fin aux espoirs

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Century Aluminum abandonne son projet d'usine à Dolbeau-Mistassini, au Lac-Saint-Jean. Le prix élevé de l'énergie québécoise ainsi que, dans une moindre mesure, l'instabilité du marché de l'aluminium sont les principales raisons évoquées par la direction de la compagnie américaine, établie à Chicago.

Une entente d'exclusivité liait Century à la MRC de Maria-Chapdelaine. D'une part, la multinationale s'était engagée à ne considérer que le site de Dolbeau-Mistassini pour une éventuelle expansion au Québec. De leur côté, les élus jeannois avaient accepté de n'entreprendre aucune discussion avec les compétiteurs de Century.

Par le biais d'une missive expédiée au préfet Jean-Pierre Boivin, le président de Century, Michael A. Bless, a libéré la MRC de son engagement, confirmant ainsi l'abandon du projet dans sa forme actuelle.

M. Bless est catégorique dans sa lettre: «Nous croyons que ce projet n'est pas viable sans un engagement d'approvisionnement électrique aux termes que nous avons proposés. C'est donc avec regret que je dois, au nom de Century Aluminum, décliner une participation au projet à l'heure actuelle.»

Le haut dirigeant laisse cependant la porte entrouverte, advenant une plus grande ouverture de la part du gouvernement Couillard.

«Si la position du gouvernement devait changer (et si bien sûr votre comité n'a pas identifié un nouveau partenaire), nous serons heureux de revoir notre décision», signe-t-il.

L'usine d'électrolyse de Dolbeau-Mistassini devait produire quelque 450 000 tonnes d'aluminium sur une base annuelle, soit l'équivalent de la division Alma de Rio Tinto Alcan. On avait estimé à 700 le nombre d'emplois directs. L'investissement projeté était de plus de deux milliards$.

Douche d'eau froide

Pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean et, plus particulièrement, pour le territoire de Maria-Chapdelaine, cette nouvelle a l'effet d'une douche d'eau froide.

En campagne, le premier ministre Philippe Couillard avait ravivé l'espoir des élus locaux en faisant de ce projet l'une de ses priorités.

Le premier ministre a rencontré les dirigeants de Century en compagnie du ministre Jacques Daoust et d'une délégation de fonctionnaires dans l'espoir de faire atterrir une aluminerie dans sa circonscription. Ses efforts ont finalement été vains.

Philippe Couillard a déjà indiqué qu'il était prêt à offrir de l'énergie à coût réduit, mais que Québec n'irait pas en deçà d'un certain seuil. Selon les intervenants impliqués dans ce dossier, ce seuil ne répondait toutefois pas aux attentes de l'américaine, alors que le gaz naturel se transige à quelque 2 cents le kilowattheure.

Autre texte dans la version papier du Quotidien

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer