Tragédie de samedi dernier

Un impact sur les dénonciations

La population dénonce de plus en plus les... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

La population dénonce de plus en plus les cas d'alcool au volant. Le noyau dur des conducteurs qui prennent le volant sous l'effet de l'alcool, lui, ne semble toujours pas comprendre les risques liés au comportement.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

La tragédie qui a coûté la vie à une famille de Saint-David-de-Falardeau la semaine dernière et où l'alcool serait en cause aura certainement un impact sur le nombre de dénonciations de conduite avec les facultés affaiblies. L'ampleur du drame ne semble toutefois pas décourager le noyau dur qui circule encore sur les routes après avoir consommé.

Bruno Cormier, porte-parole de la Sécurité publique de Saguenay (SPS) est catégorique; le drame qui a secoué la région samedi dernier incitera les gens à être encore moins tolérants face à l'alcool au volant.

«Je suis convaincu qu'il va y avoir une réaction positive à cette tragédie-là de la population en général. Les gens vont être de plus en plus attentifs», affirme-t-il.

Depuis le drame, six personnes ont échoué au test d'ivressomètre sur le territoire.

«Il reste toujours un noyau dur, mais je pense que ce noyau devrait tranquillement disparaître avec les nouvelles générations qui grandissent avec la sensibilisation.»

Malgré la prévention et les opérations policières, depuis le 1er janvier 2015, 159 personnes ont été appréhendées pour conduite avec les facultés affaiblies sur le territoire de la ville. Un nombre similaire aux années précédentes pour les sept premiers mois de l'année.

«Ça fait plusieurs années que c'est similaire», souligne le porte-parole de la SPS.

Ce dernier estime que même si le nombre d'arrestations demeure relativement stable, il y a moins de conducteurs avec les facultés affaiblies sur nos routes.

«Les gens comprennent que conduire avec les facultés affaiblies, c'est un acte criminel et ils le dénoncent plus. Avec tous les drames qu'on voit, dans la région et ailleurs, les gens n'acceptent plus ça. Ils ont aussi des cellulaires à bord de leur véhicule ce qui fait qu'on reçoit plus de signalements. Sans une augmentation des dénonciations, probablement qu'on aurait une baisse du nombre d'arrestations pour conduite avec les facultés affaiblies. La prévention et la sensibilisation font leur oeuvre», affirme celui qui souligne que de plus en plus d'employés de restaurants de commande à l'auto communiquent avec les policiers. «Souvent, ce sont des jeunes qui travaillent et les jeunes sont beaucoup plus sensibilisés que les gens plus âgés. Pour eux, c'est automatique.»

Bruno Cormier confirme que la forte majorité des dénonciations sont fondées.

«Il ne faut pas avoir peur de dénoncer. On est là pour agir. Ces appels sont mis automatiquement en priorité. Il ne faut pas avoir peur de déranger. Tant mieux si la personne qui dénonce s'est trompée, mais dans 95% des cas, c'est fondé.»

Bruno Cormier estime d'ailleurs que c'est un travail de collaboration entre les services policiers et la population qui va permettre d'améliorer la situation.

«De plus en plus de gens s'impliquent en suivant la personne et en faisant une déclaration écrite de ce qu'ils ont vu par la suite.

L'alcool au volant, c'est un dossier où on a besoin de l'aide de la population», insiste-t-il.

81% des condamnations concernent des gens qui commettent une première offense en matière d'alcool au volant

Le taux de récidive pour les infractions au Code criminel liées à l'alcool est passé de 21,3% en 2009 à 17,9% en 2013

Les conducteurs de 16 à 24 ans représentaient seulement 10% de tous les titulaires de permis de conduire en 2013, mais commettaient 27% des infractions criminelles liées à l'alcool.

(Société de l'assurance automobile du Québec)

Portrait type des conducteurs qui avaient de l'alcool dans le sang décédés dans un accident pour l'ensemble du Québec entre 2009 et 2013

Homme âgé entre 20 à 44 ans

Accident qui se produit dans la nuit, entre le jeudi et le dimanche

21% ont entre 1 et 80 mg d'alcool par 100 ml de sang (limite permise)

23% ont entre 81 et 150 mg d'alcool par 100 ml de sang

56% ont plus de 150 mg d'alcool par 100 ml de sang (plus de deux fois la limite permise)

Nombre d'arrestations pour conduite avec les facultés affaiblies sur le territoire de Saguenay

2011 / 315

2012 / 330

2013 / 270

2014 / 290

2015 / 159*

*sept premiers mois

(Données de la Sécurité publique de Saguenay)

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer