Yves martin

Accusations plus lourdes

La famille des victimes était présente, hier, pour... (- Photo Le Quotidien, Rocket lavoie)

Agrandir

La famille des victimes était présente, hier, pour la comparution d'Yves Martin.

- Photo Le Quotidien, Rocket lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

Le dossier de Yves Martin, ce conducteur de 35 ans qui aurait décimé, samedi soir dernier, la famille Perron-Viger, sur le chemin Saint-Paul, à Chicoutimi, s'est alourdi davantage, hier, au Palais de justice de Chicoutimi. Des accusations pour conduite dangereuse ayant causé la mort et conduite avec facultés affaiblies ayant causé la mort remplacent de semblables accusations pour avoir causé des lésions corporelles.

Pour une seconde fois cette semaine, l'accusé a fait une brève comparution devant le juge Pierre Simard. Les accusations ont été modifiées à la suite du décès de l'enfant de quatre ans du couple formé de Mathieu Perron et Vanessa Viger. La procureure de la Couronne, Me Marie-Josée Hamelin-Gagnon, n'a pas exclu que de nouvelles accusations puissent s'ajouter selon les résultats des échantillons sanguins et de l'enquête effectuée par les reconstitutionnistes en scènes d'accidents. «S'il y a plus de .08 mg dans le sang, des accusations de négligence criminelle ayant causé la mort pourraient être envisagées», a mentionné Me Hamelin-Gagnon.

Du côté de la défense, Me Jean-Marc Fradette a mentionné que ces nouvelles accusations ajoutent à la tristesse découlant des accusations déjà très graves auxquelles fait face l'individu.

Me Fradette a indiqué que les compléments d'enquête et surtout le taux d'alcoolémie du conducteur impliqué constituent des pièces maîtresses dans le dossier. «Ça va aider la Couronne à se faire une idée quant à une éventuelle remise en liberté.»

Il a mentionné que même si certains témoins ont affirmé avoir aperçu le conducteur effectuer des dépassements avant la collision mortelle, il n'en demeure pas moins que les événements restent très ombragés et non concluants. Selon un rapport préliminaire, il est possible que la collision soit survenue de façon latérale, ce qui laisserait présager que le véhicule des victimes sortait d'une entrée, ce qui ne constitue qu'une hypothèse, a précisé l'avocat de la défense.

En ce qui a trait à l'état d'esprit des membres de la famille de Martin, Me Fradette a affirmé que tous sont sous le choc et refusent de regarder ce qui s'écrit dans les médias sociaux et de commenter quoi que ce soit. Plusieurs d'entre eux, tout comme des membres de la famille des victimes, étaient présents à la comparution. Ils étaient visiblement secoués à la sortie de la salle d'audience.

«Pour ce qui est de mon client, il se doit d'être patient pour attendre la preuve. Le moment est non approprié de penser à lui et de parler de remise en liberté alors que les funérailles des victimes n'ont pas encore eu lieu.»

La suite des démarches judiciaires aura lieu jeudi prochain alors que les résultats plus complets de l'enquête devraient être dévoilés, ce qui permettra de connaître les résultats des tests sanguins, la reconstitution des lieux, etc.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer