Fatigue chronique

Aucune ressource spécialisée

Il n'existe pas de ressources spécialisées pour les... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

Il n'existe pas de ressources spécialisées pour les personnes souffrant du syndrome de fatigue chronique dans la région ni ailleurs au Québec

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il n'existe pas de ressources spécialisées pour les personnes souffrant du syndrome de fatigue chronique dans la région ni ailleurs au Québec. Cette situation est une source de détresse pour les personnes atteintes, qui se sentent laissées à elles-mêmes.

Aline Duchesne, une Almatoise atteinte du syndrome de fatigue chronique et d'insomnie, a lancé un cri du coeur sur les réseaux sociaux à la fin du mois de juillet.

«Je suis vraiment à bout, je n'ai pas de qualité de vie», laisse tomber la dame lors d'un entretien avec Le Progrès-Dimanche. Elle se sent incomprise par les médecins et spécialistes qu'elle a rencontrés.

La détresse vécue par Mme Duchesne est la réalité de bien des personnes atteintes du syndrome, aussi connu sous le nom d'encéphalomyélite myalgique, souligne avec tristesse Claudine Prud'homme, membre du comité scientifique de l'Association québécoise de l'encéphalomyélite myalgique (AQEM).

«Des cris du coeur comme le sien, on en reçoit des tonnes. Elle n'est pas seule. Il n'existe aucune ressource, pas seulement au Saguenay-Lac-Saint-Jean, mais partout au Québec, pour les personnes atteintes du syndrome de fatigue chronique. Les médecins et spécialistes ne savent pas quoi faire avec les patients atteints et ne savent pas où les référer», expose-t-elle.

Au Canada, plus de 400 000 personnes sont touchées par le syndrome de fatigue chronique, selon les données de 2010 de Statistique Canada. Au Québec, 1,4% de la population dit souffrir de ce syndrome, soit plus de 70 000 personnes, peut-on lire sur le site de l'association.

L'association provinciale a mis sur pied des groupes de soutien dans certaines régions du Québec. Il n'en existe pas au Saguenay-Lac-Saint-Jean. «Les personnes peuvent quand même nous contacter à l'association, nous avons un bottin de personnes à qui elles pourront parler», ajoute Mme Prud'homme.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer