Trio de jazz Marianne Trudel TRIFOLIA

Des vagues d'émotions

Le trio a joué une dizaine de pièces... ((Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens))

Agrandir

Le trio a joué une dizaine de pièces différentes issues de leur dernier album Refuge.

(Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Roger Blackburn
Le Quotidien

Concert hors de l'ordinaire hier soir au Camp musical de Métabetchouan avec le trio de jazz Marianne Trudel TRIFOLIA. « Merci de votre courage de vous être déplacé ce soir pour entendre quelque chose que vous ne connaissez pas » a lancé d'entrée de jeu l'excellente pianiste, compositrice, improvisatrice et arrangeuse de renommé mondiale.

Souriante durant tout son récital, sauf quand elle joue de l'accordéon, Marianne Trudel se dédie à son instrument comme dans la première pièce intitulée Rivière alors qu'elle fait murmurer les notes avant de les lancer dans un torrent fougueux à travers des méandres mélodiques.

Elle se dit inspirée par l'eau - elle pratique le kayak - alors que son contrebassiste, Étienne Lafrance, compose en canot seul sur des rivières. Tout au long de la soirée ce sont des vagues d'émotion qui ont rempli la salle de concert habitée par un public de connaisseurs.

Pendant que l'artiste s'adressait à son piano, le contrebassiste faisait parler les cordes avec ses doigts et les faisait chanter avec son archet. Il accompagne même son instrument en fredonnant des airs en toute complicité avec la pièce musicale. De ces trois styles différents émanait une harmonie bien sentie.

Le percussionniste Patrick Graham utilise une vaste palette d'objets sonores qu'il effleure, qu'il tâte, qu'il secoue, qu'il frappe et qu'il bat, un musicien qui va aux limites de l'imagination musicale.

Le trio a joué une dizaine de pièces différentes issues de leur dernier album Refuge. « C'est mon projet chouchou, j'adore jouer avec ces excellents musiciens », a confié la pianiste qui a intégré une pièce d'accordéon dans ce projet, un moment très émouvant de la soirée.

Elle avait trouvé un accordéon dans le sous-sol de ses grands-parents avant le décès de son grand-père. « Il voulait que ses enfants apprennent l'accordéon, un projet qui a durée une semaine m'a dit ma grand-mère » a raconté la musicienne qui a rendu visite à son grand-père la veille de son décès avant un concert qu'elle devait jouer en soirée.

Les pièces présentées hier soir n'avaient rien de commun avec le jazz populaire; on sentait un effort de recherche pour imager la musique. La pièce Cold water lake composé par Étienne Lafrance alors qu'il était en excursion de canot et qu'il s'ennuyait de sa femme, nous a fait voguer sur des remous inattendus, il nous amené à bord de son embarcation, une interprétation très émouvante.

Plusieurs sons ont résonné de ces instruments hier soir, le public a apprécié la performance et le talent de ce trio hors du commun, un moment de grâce.

Le prochain rendez-vous du Camp musical de Métabetchouan aura lieu le dimanche 2 août dans le cadre d'une matinée-viennoise qui mettra en vedette deux artistes originaires de la région, France Bellemare soprano et Jean-François Mailloux au piano.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer