Campagne hâtive

La FTQ devra réévaluer sa stratégie

Dany Morin... ((Photo Michel Tremblay))

Agrandir

Dany Morin

(Photo Michel Tremblay)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pascal Girard
Le Quotidien

Le déclenchement hâtif de la campagne électorale fédérale aura pour conséquence de limiter les budgets des tiers partis avant le scrutin, nommément la FTQ qui préparait une action contre les conservateurs et le député Denis Lebel. La situation nuira au Nouveau Parti démocratique, croit le député de Chicoutimi-Le Fjord, Dany Morin.

« Ils vont être limités durant la campagne. Ça va nous nuire », a reconnu par téléphone en soirée le député.

La Loi électorale du Canada limite le budget des tiers partis à environ 200 000 $ pour une campagne de 37 jours. La loi prévoit 1/37 de budget additionnel pour chaque journée supplémentaire, doublant ainsi le total (400 000 $) dans le cas d'un exercice de 11 semaines. Toutefois, 50 % des dépenses pourront être remboursées, a précisé le porte-couleur du NPD.

Au sens de la loi, un tiers parti « est un groupe ou une personne morale et qui, pendant une période électorale, utilise ses services internes pour faire des appels de vive voix à toute fin liée aux élections ».

« Ça change très certainement la donne. On va analyser ça demain avec notre comité de stratégie. Ça a un impact », a reconnu le porte-parole régional de la Fédération des travailleurs du Québec, Marc Maltais, lorsque joint à son domicile hier soir. Plus tôt en journée, il avait réitéré sur les ondes de Radio-Canada que la FTQ allait de l'avant avec sa campagne pour tenter de causer la défaite de Denis Lebel dans la nouvelle circonscription de Lac-Saint-Jean (qui comprendra notamment Alma). L'intention des syndicats était déjà connue depuis le mois de janvier.

De plus, la loi indique qu'un tiers ne peut engager une dépense supérieure à 3000 $ pour une circonscription. Une fois la campagne démarrée, la FTQ ne pourra « s'opposer à l'élection d'un ou de plusieurs candidats, dans une circonscription donnée, notamment en les nommant, en montrant leur photographie, en les identifiant par la mention de leur appartenance politique, ou en en prenant une position sur une question à laquelle ils sont particulièrement associés », détaille la loi.

Une campagne déjà en marche

Il n'y a pas que la FTQ qui avait annoncé clairement ses couleurs. « Certaines centrales syndicales avaient prévu le coup. L'Alliance de la fonction publique fait tourner ses pubs « Stoppons l'hémorragie » à la radio et dans les journaux. C'était leur préoccupation, car ils ne savaient pas quand l'élection allait être déclenchée. Ils ont donc décidé de commencer à dépenser leur argent trois mois avant l'élection », a indiqué le député Morin. Une pleine page de publicité de cette campagne est d'ailleurs publiée en page 23 de l'édition que vous avez entre les mains.

Selon Dany Morin, les conservateurs s'assurent ainsi de pouvoir occuper un large espace médiatique au cours de la campagne. « Ça va avantager les conservateurs. Ils sont riches et ils peuvent se payer de la publicité. J'espère que la population va se rendre compte que les conservateurs essaient d'acheter l'élection et le vote des gens », a-t-il analysé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer