Délégation à Graphic Packaging

Couillard refuse

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, refuse... (Photo PC)

Agrandir

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, refuse la demande de Sylvain Gaudreault de former et présider une délégation pour rencontrer la direction de Graphic Packaging International.

Photo PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, refuse la demande de Sylvain Gaudreault de former et présider une délégation pour rencontrer la direction de Graphic Packaging International. Le 15 juillet dernier, il s'est entretenu avec le président Michael Doss et n'a senti aucune ouverture de sa part.

La réponse a été transmise hier en fin d'après-midi. La semaine dernière, le député de Jonquière avait cosigné la demande avec Claude Patry, député de Jonquière-Alma, René Gélinas, président du syndicat national des travailleurs et travailleuses des pâtes et cartons de Jonquière, et Jonathan Tremblay, conseiller municipal.

« À priori, le premier ministre partage leurs préoccupations en ce qui concerne la fermeture de l'usine », a expliqué le porte-parole de Philippe Couillard, Charles Robert, hier en fin de journée.

Quelques jours après la fermeture de l'ancienne cartonnerie de Jonquière, le premier ministre avait lui-même contacté le président Doss pour obtenir des explications. Selon la discussion, l'arrêt des opérations repose sur des considérations d'affaires.

« Au cours de cette conversation tenue le 15 juillet, il a offert avec insistance à M. Doss de déployer tous les outils à la disposition du gouvernement pour les amener à reconsidérer leur décision ou permettre la vente des installations plutôt que le démantèlement de l'usine. Depuis ce temps-là, il n'a montré aucune ouverture pour le maintien de l'usine ou même de considérer l'offre d'achat », a ajouté M. Robert.

Ce dernier ajoute que malgré le refus de Graphic Packaging International, Philippe Couillard a demandé au ministre de l'Économie, Jacques Daoust, de transmettre une lettre à la direction pour leur demander de reconsidérer la décision.

« Dans les autres actions, le ministère de l'Économie est à recenser les autres entreprises affectées par la fermeture pour les soutenir et des mesures d'Emploi-Québec sont en place pour appuyer les travailleurs touchés », a rappelé Charles Robert.

Ce dernier soutient que le gouvernement n'a aucun problème à travailler avec Sylvain Gaudreault, au-delà de la partisanerie.

« Le véhicule proposé n'est peut-être pas le bon parce que le premier ministre a déjà parlé directement au président », a mentionné Charles Robert.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer